• Zande èt Twènète - D'on corti à l'ôte.

    ZANDE ÈT TWÈNÈTE - D'ON CORTI À L'ÔTE.

    -Tin, ti r'fouyes on bokèt po ragrandi t' corti, Zande ?

    - À, taîje-tu, don, Twin.ne ! Si t'saureus l'cové èt l'ponu d' l'istwêre, c'è-st-àdiv'nu fô !

    - Justumint, dji nè l'sé nin ! Si ti m'l'èspliquereus.

    - Waîte one miète là, èsconte do baur. Dj'a d'djà r'toûrné tot, dispeûy trwès samwin.nes. Au prétimps, dj'a sèmé dès carotes dins dèl têre ossi fine qui dès cindes, dès novèles s'minces, sés'. Gn-a ieû trwês carotes qu'ont djaurné. Non.na, dj'a minti, gn-a ieû quate, djènn a r'trové one dins lès fréjîs. Dj'a planté dès-ascropûwes, quate lignes, dj'ènn a nin ramassé on kulo. Li cièrfouye n'a nin v'nu, mès salades ont monté quand èles-èstin.n' bones à côper. Dj'aveus mètu do pêrzin, vêci, tin, au-d-dilong dè l' pisinte, bin cinq mètes. Il a bin soûrdu pace qui djè l'aveus rascouviè avou dès satch qui dj' ramouyeus tos lès djoûs à l' vièspréye. Ayi, après quinze djoûs, gn-aveut d'djà l'mitan au diâle come s'il aureut ieû r'moussî è têre. Dès canadas, nin lès pwin.nes dè causer ! Dj'a ramassé deûs sayas d' grossès mayes, assez po fé one bone caboléye po l'pourcia dau vwèzin. Gn-a jusse ieû lès pîds di p'titès tomates qu'ont bin pwârté, portant si on 'nn'a mougnî dîj, c'èst brâmint. Mi nèveûse a passé qu'èles-èstin.n' meûres. Djè l'ètind co.

    - Ô, mononke, dès tomates-cèréjes, dj'in.me bin, savoz mi. Èst-ce qui dj'è pou coude saquantes ?

    - Qui v'leus' co dîre . Èle ènn'a ieû plin on pêlon. Lès mauvis ont rauvelé l' rèsse. Rin, dji n'a rin ieû ! Twènète s'a mauvelé. Èle a faît sès grands brès come d'abitude èt fé pèter sès talons. À l'ètinde, on-z-aleut moru d' fwin, i faureut acheter tot bon-z-èy tchèr à l' tchèrète ou au martchi. Èlle a min.me wazu dîre qui dj' div'neus trop bièsse po fé on djârdin, èt patati èt patata. Quand dj'a oyu ça, gn-a l'fîve qui m'a monté è l' capotine. Djè l'a voyî à l' djote èt-z-aler qwêre mi bèrwète. Ça n'a nin taurdjî, sés ! Dj'a rauyî tot : mès fréjîs, lès tomates èt lès-ascropûwes. Dji n'a rin lèyî èt mwinrner l'moncia è l' vîye câriére. Adon, dj'a apicî m'locèt èt r'toûrner tot l'boket. Twènète a faît s'mawe èt d'morer trwès djoûs au long sins m'arin.ner. Mins tè l' coneus bin, èle è-st-ossi rade ritchèyûwe qu'èle n'èst montéye, c'èst come li sope au lacia. Li quatyin.me djoû, à l'nêt, èle caroteut è l' coujène. Dji vèyeus bin qu'èle sayeut d'm'atraîtyi. Tot d'on côp, èle s'a assî à l'tauve èt m'sîre, d'one vwès tote rapujetéye :

    - Zande, l'ôte djoû, dj'î a stî one miète fwârt ! C'èst vos qu'èst maîsse, mins dja tûzé à one saqwè.

    - À, èt on pout sawè qwè ?

    - Volà, nos purdans d' l'âdje tos lès deûs. Dj'a sondjî qu'on pôret qu't'fîye arindjî one saqwè d'bia. Dji vièreus bin one aye di cwagnoûlîs ou d' bwès d' broke conte li meur do baur, dès rôsîs, dès fleûrs di cwarème, dès crèsses di coq, dès gueûyes di liyon, dès piyaunes, dès flocsiâs autoû do bokèt, èt au mitan, on bia bleû sapin, gn-a longtimps qui dj' djêrîye après onk. Li djârdin sèreut rimpli. Vos n'aurîz pus qu'à l'ètèrtinu su vosse pwèds. D'alieûrs, dj'à tèlèfonè à Jules, vosse nèveu. I vêrè dimègne qui vint, après grand-mèsse. I dînerè avou nos èt vos mostrer su place. C'èst li, bin sûr, qui frè l'ovradje.

    Dj'ènn a d'moré come on bauyau.

    - Vos-avoz trové one boûsse, Twènète, ou bin v's-avoz tchèyu su vosse tièsse ?

    - Non.na, Zande, dj'a rèflèchi ; nos frans come nos-avans dit. Nos n'rivêrans pus là-d'ssus !

    È bin, in, Twin.ne ça s' frè come Twènète l' dit ! C'èsteut trop bia, veus'. Li londi d'après, dj'èsteus au mitan dè l' pîsinte do djârdin, aspoyî su m' locèt èt r'waîtî lès p'tits piquèts qui l' Jules aveut planté o bokèt.

    Il î aveut pindu dès cwades di totes lès coleûrs. Dji n'aveus nin ètindu ariver Twènète. Èle èsteut pa-drî-mi.

    - Vos vièroz, Zande, come ça sèrè bia, gn-a l' vwèzin qui va moru d'djalouserîye.

    - Alons, Twènète, ratindans todi.

    - Mins qui dj'î sondje, ci sèreut vraîmint damadje, don, do pupont awè d' fréjîs ! Si vos r'fouyerîz deûs, trwès royons là, à l'intréye do pachi èt-z-î r' planter one ligne ?

    - Dji vou bin, ê, mi, Twènète, c'èsteut one bone sôrte.

    - A la bone eûre ! Et tant qu'vos-î-sèroz, in Zande, rotoûrnoz l' wazon cor one miète pus lon. Nos mètrans on câré d' pêrzin, dèl cièrfouye, on cint d'tchôds porias, saquants salades èt dès tomates-cèréjes. Ça vos-ocuperè au bon timps !

    Henri MATTERNE, R.N.

    (Sart-Bernard)

    (Prose wallonne parue dans le journal "Vers l'Avenir" du mercredi 13 mars 1996.)

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    ALEXANDRE ET ANTOINETTE - D'UN JARDIN À L'AUTRE.

    - Tiens, Alexandre, tu bêches de nouveau un morceau pour agrandir ton jardin ?

    - Ah, tais-toi, Antoine ! Si tu savais les tenants et aboutissants de l'histoire, c'est à devenir fou !

    - Justement, je ne le sais pas ! Si tu me l'expliquais.

    - Regarde un peu là, contre la remise à chariots. J'ai déjà tout retourné, depuis trois semaines. Au printemps, j'ai semé des carottes dans de la terre aussi fine que des cendrées, des nouvelles semences. Il y a eu trois carottes qui ont levé. Non, je mens, il y en a eu quatre, j'en ai retrouvé une dans les fraisiers. J'ai planté des haricots nains, quatre lignes, j'en ai ramassé un kilo. Le cerfeuil n'est pas sorti, mes salades ont monté alors qu'elles n'étaient pas bonnes à couper. J'avais mis, bien cinq mètres de persil, ici, tout au long du sentier. Il a bien germé, car je l'avais recouvert avec des sacs que je mouillais tous les jours à la soirée. Après quinze jours, il y avait déjà la moitié de perdu comme s'il était rentré en terre. Des pommes de terre, pas la peine d'en parler ! J'ai ramassé deux sceaux de grosses billes, assez pour faire une bonne chaudronnée pour le cochon du voisin. Il y a juste eu les pieds des petites tomates qui ont bien porté, pourtant si nous en avons mangé dix, c'est beaucoup. Ma nièce est passée qu'elles n'étaient pas mures. Et je l'entends encore.

    - Oh, mon oncle, des tomates cerises, j'aime bien savez-vous. Puis-je en cueillir quelques-unes ?

    - Que pouvais-je répondre ? Elle en a eu un poêlon rempli. Les merles ont mangé le reste. Rien, je n'ai rien eut ! Antoinette s'est fâchée. Elle a fait ses grands bras comme d'habitude et fait claquer ses talons. A l'entendre, nous allions mourir de faim, il faudra acheter tout bien cher à la charrette ou au marché. Elle a même osé dire que je devenais trop bête pour faire un jardin, et patati et patata. Quand j'ai entendu cela, la fièvre m'est montée à la tête. Je l'ai rabrouée et je suis allé chercher ma brouette. Cela n'a pas tardé ! J'ai arraché tout : les fraisiers, les tomates et les haricots nains. Je n'ai rien laissé et conduis tout à la vieille carrière. Alors j'ai attrapé ma bêche et retourné tout le morceau. Antoinette a fait sa moue et resté trois jours sans me parler. Mais comme je la connais, elle s'est aussi vite calmée qu'elle n'était montée comme la soupe au lait. Le quatrième jour, au soir, elle allait et venait dans la cuisine. Je voyais bien qu'elle essayait de me parler. Tout à coup, elle s'est assisse à table et me dit d'une voie toute calmée : - Alexandre, l'autre jour, j'y suis allée un peu fort ! C'est vous le maître, mais j'ai pensé à quelque chose.

    - Ah, et l'on peut savoir quoi ?

    - Voilà, nous prenons tous les deux de l'âge. J'ai songé que l'on pourrait peut être arranger quelque chose de beau. Je verrais bien une haie de cornouiller ou de ligustrum contre le mur de la remise à chariots, des rosiers, des giroflées, des amarantes, des mufliers, des pivoines, des fuchsias autour du morceau, et au milieu, un beau sapin bleu, il y a longtemps que j'en ai envie. Le jardin serait rempli. Vous n'auriez plus qu'à l'entretenir sur votre poids. D'ailleurs, j'ai téléphoné à Jules, votre neveu. Il viendra dimanche prochain, après grand-messe. Il dinera avec nous et vous montrera sur place. C'est lui qui fera l'ouvrage.

    J'en suis resté comme un bailleur.

    - Vous avez trouvé une bourse, Antoinette, ou alors vous êtes tombée sur votre tête ?

    - Non, Alexandre, j'ai réfléchi ; nous ferons comme nous avons dit. Nous ne reviendrons plus la-dessus !

    - Et bien, Antoine cela se fera comme Antoinette le dit ! C'était trop beau, le lundi d'après, j'étais au milieu du sentier du jardin, appuyé sur ma bêche et je regardais les petits piquets que Jules avait planté dans le morceau.

    Il avait pendu des cordes de toutes les couleurs. Je n'avais pas entendu arriver Antoinette. Elle était derrière moi.

    - Vous verrez, Alexandre, comme ce sera beau, le voisin va en mourir de jalousie.

    - Allons, Antoinette, attendons toujours.

    - Mais que j'y songe, ce serait vraiment dommage, de ne plus avoir de fraisiers ! Si vous bêcheriez deux, trois sillons là, à l'entrée de la prairie et y planter une ligne.

    - Je veux bien, moi, Antoinette, c'était une bonne sorte.

    - À la bonne heure ! Et tant que vous y serez, Alexandre, retournez le gazon encore un peu plus loin. Nous mettrons un carré de persil, du cerfeuil, un cent de poireaux, quelques salades et des tomates cerises. Cela vous occupera au bon temps !

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    « Bioul - Noces d'or des époux Maurice BOULANGER et Claire PAULET.Bataye. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :