• Succès d'une grève au stalag de Greiswald (Poméranie) en 41-42.

    Avant propos.

     Les importants mouvements de grève qui ont fait l'actualité en mai 1986, ont remis en mémoire à M. Joseph DUCHENE de Gembloux, celle qu'il avait vécue alors qu'il était prisonnier de guerre au stalag II à Greiswald.

     Le journal "Vers l'Avenir", dans son édition du mardi 3 juin 1986 a évoqué cet évènement pour le moins scabreux raconté dans le bukketin "Le Prisonnier de Guerre" de juin 1986.

     ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

     Cette grève se produisit au kommando VI/152 de la Gusstahiwerk (Fonderie d'acier) à Wolgast, qui dépendait du stalag II à Greiswald et elle a fait l'objet d'une évocation dans  le bulletin "Le Prisonnier de Guerre".

     Faut-il rappeler que le IIIe Reich ne badinait pas avec les grèves ? La grève était simplement une notion inexistante, celui qui l'aurait ignoré aurait vite appris que " l'Arbeitverweigerung", refus de travail, conduisait tout droit au Conseil de Guerre pour "sabotage contre l'économie de guerre".

     Pourtant, un jour de l'hiver 41-42, ce kommando, environ soixante prisonniers de guerre belges et français, ose se mettre en grève, de façon unanime, pour réclamer des vêtements chauds.

     Un des participants évoque comme suit cet épisode :

     "La grève a débutéà 6 h du matin. L'équipe de jour dont j'étais avec les camarades SIBILE Albert, MALLET Ernest et deux autres Liègeois, pour ne citer que ceux de notre chambre ont refusé de se rendre au travail. Les brigadiers sont venus nous donner l'ordre d'y aller en nous disant que nous risquions de graves ennuis. Ensuite nos gardiens et le commandant de la place Wolgast sont intervenus sans plus de succès.

     "Alors sont arrivés du stalag II C de Greifswald un officier supérieur et un camion de soldats qui nous mis au mur dans la cour. Il gelait, c'était l'hiver 41-42 et nous y sommes restés jusque 16 h pendant qu'on fouillait nos chambres.

     "Ce n'est qu'après nous avoir menacé de fusiller notre homme de confiance, notre camarade BOMBLEDT, un Luxembourgeois que nous avons repris le travail le lendemain.

     Le résultat fut que deux jours plus tard nous avons reçu des vêtements mais nous avons été décrétés kommando disciplinaire. Ceux qui avaient purgé leur peine dans un camp disciplinaire et qui voulaient retourner en kommando étaient envoyés chez nous (témoins Désiré POTIAUX de Carnières et un camarade de Fosses dont j'ai oublié le nom)".

     Qui dira que l'esprit de la revendication n'est pas solidement ancré chez les "dures têtes" wallonnes ?.

     °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    « Bioul - Le Foyer "Espérance" et les objecteurs de conscience.Anhée - Théâtre wallon "Bouyion d'onze eures. »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Thomas
    Vendredi 21 Juin à 21:44

    Je suis interessé pour l'article entier (avec photos) de ce greve des prisonniers de guerre au stalag iic.

    Ou je peux le trouver? Avez-vous un scan?

     

    Cordialement

    Thomas de Greifswald

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :