• Le Conseil Communal de Profondeville, réuni sous la présidence du bourgmestre, M. EVRARD, le jeudi 29 février 1996, a été unanime pour décider de l'introduction de la candidature du village d'Arbre, au titre de plus beau village de Wallonie.

    Il y avait urgence car la clôture des propositions était fixée au mardi 12 mars. Un compte-rendu de la délibération du Conseil Communale devait être joint au dossier.

    Il faut savoir que dans la foulée des assises du tourisme de la province de Namur, en décembre 1994, l'association "Les plus beaux villages de Wallonie" a vu le jour. Il s'agit d'une a.s.b.l. ayant pour objectif, la protection et la mise en valeur du patrimoine naturel, architectural et touristique des plus beaux villages.

    Onze localités wallonnes ont déjà été honorées de ce label. Pour ce qui concerne la province de Namur, cinq en bénéficiaient. Arbre répondait, lui aussi, aux critères d'éligibilité, à savoir, l'existence d'un patrimoine architectural de valeur et  une ferme volonté collective locale de le mettre en valeur.

    Voilà pourquoi les mandataires communaux de Profondeville n'ont pas hésité une seconde pour prendre leur décision d'introduire le candidature du village d'Arbre à cette association.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • BATAYE.

    Dins nosse corti, tot chone paujère,

    Tot d'on côp c'èst mârgaye,

    C'èst quausu l' min.me po tote nosse têre,

    Ou c' qu'on n' vwèt qu' dès batayes.

     

    Li gros mauvi tchèsse lès mouchons,

    Qu'avolenut viè l' dinréye.

    Çan' va portant jamais pu lon,

    Qu'one pitite dispoûsseléye.

     

    Emon lès bièsses, on s'bat afîye,

    Po disfinde si bokèt.

    Ci n'èst jamais pa sauvadjerîye,

    Qu'on-z-î faît valu s' drwèt.

     

    Lès djins qui mostèrenut tant d' syince,

    Dins tote leûs-invencions,

    Frin.n' bin d'î mète tote leû consyince,

    Po fé come lès mouchons.

    Charles  WILMOTTE. R.N.

    (Poésie wallonne parue dans le journal "Vers l'Avenir" du lundi 18 mars 1996.)

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    BATAILLE.

    Dans notre jardin, tout semble calme,

    Tout d'un coup c'est une dispute,

    C'est à peu près pareil pour toute notre terre,

    Ou l'on ne voit que des batailles.

     

    Le gros merle chasse les oiseaux,

    Qui volent vers les denrées.

    Cela ne va pourtant jamais plus loin,

    Qu'une petite tripotée.

     

    Chez les bêtes, on se bat parfois,

    Pour défendre son morceau.

    Ce n'est jamais par sauvagerie,

    Que l'on y fait valoir son droit.

     

    Les gens qui montrent tant de science,

    Dans toutes leurs inventions,

    Feraient bien d'y mettre toute leur conscience,

    Pour faire comme les oiseaux.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • ZANDE ÈT TWÈNÈTE - D'ON CORTI À L'ÔTE.

    -Tin, ti r'fouyes on bokèt po ragrandi t' corti, Zande ?

    - À, taîje-tu, don, Twin.ne ! Si t'saureus l'cové èt l'ponu d' l'istwêre, c'è-st-àdiv'nu fô !

    - Justumint, dji nè l'sé nin ! Si ti m'l'èspliquereus.

    - Waîte one miète là, èsconte do baur. Dj'a d'djà r'toûrné tot, dispeûy trwès samwin.nes. Au prétimps, dj'a sèmé dès carotes dins dèl têre ossi fine qui dès cindes, dès novèles s'minces, sés'. Gn-a ieû trwês carotes qu'ont djaurné. Non.na, dj'a minti, gn-a ieû quate, djènn a r'trové one dins lès fréjîs. Dj'a planté dès-ascropûwes, quate lignes, dj'ènn a nin ramassé on kulo. Li cièrfouye n'a nin v'nu, mès salades ont monté quand èles-èstin.n' bones à côper. Dj'aveus mètu do pêrzin, vêci, tin, au-d-dilong dè l' pisinte, bin cinq mètes. Il a bin soûrdu pace qui djè l'aveus rascouviè avou dès satch qui dj' ramouyeus tos lès djoûs à l' vièspréye. Ayi, après quinze djoûs, gn-aveut d'djà l'mitan au diâle come s'il aureut ieû r'moussî è têre. Dès canadas, nin lès pwin.nes dè causer ! Dj'a ramassé deûs sayas d' grossès mayes, assez po fé one bone caboléye po l'pourcia dau vwèzin. Gn-a jusse ieû lès pîds di p'titès tomates qu'ont bin pwârté, portant si on 'nn'a mougnî dîj, c'èst brâmint. Mi nèveûse a passé qu'èles-èstin.n' meûres. Djè l'ètind co.

    - Ô, mononke, dès tomates-cèréjes, dj'in.me bin, savoz mi. Èst-ce qui dj'è pou coude saquantes ?

    - Qui v'leus' co dîre . Èle ènn'a ieû plin on pêlon. Lès mauvis ont rauvelé l' rèsse. Rin, dji n'a rin ieû ! Twènète s'a mauvelé. Èle a faît sès grands brès come d'abitude èt fé pèter sès talons. À l'ètinde, on-z-aleut moru d' fwin, i faureut acheter tot bon-z-èy tchèr à l' tchèrète ou au martchi. Èlle a min.me wazu dîre qui dj' div'neus trop bièsse po fé on djârdin, èt patati èt patata. Quand dj'a oyu ça, gn-a l'fîve qui m'a monté è l' capotine. Djè l'a voyî à l' djote èt-z-aler qwêre mi bèrwète. Ça n'a nin taurdjî, sés ! Dj'a rauyî tot : mès fréjîs, lès tomates èt lès-ascropûwes. Dji n'a rin lèyî èt mwinrner l'moncia è l' vîye câriére. Adon, dj'a apicî m'locèt èt r'toûrner tot l'boket. Twènète a faît s'mawe èt d'morer trwès djoûs au long sins m'arin.ner. Mins tè l' coneus bin, èle è-st-ossi rade ritchèyûwe qu'èle n'èst montéye, c'èst come li sope au lacia. Li quatyin.me djoû, à l'nêt, èle caroteut è l' coujène. Dji vèyeus bin qu'èle sayeut d'm'atraîtyi. Tot d'on côp, èle s'a assî à l'tauve èt m'sîre, d'one vwès tote rapujetéye :

    - Zande, l'ôte djoû, dj'î a stî one miète fwârt ! C'èst vos qu'èst maîsse, mins dja tûzé à one saqwè.

    - À, èt on pout sawè qwè ?

    - Volà, nos purdans d' l'âdje tos lès deûs. Dj'a sondjî qu'on pôret qu't'fîye arindjî one saqwè d'bia. Dji vièreus bin one aye di cwagnoûlîs ou d' bwès d' broke conte li meur do baur, dès rôsîs, dès fleûrs di cwarème, dès crèsses di coq, dès gueûyes di liyon, dès piyaunes, dès flocsiâs autoû do bokèt, èt au mitan, on bia bleû sapin, gn-a longtimps qui dj' djêrîye après onk. Li djârdin sèreut rimpli. Vos n'aurîz pus qu'à l'ètèrtinu su vosse pwèds. D'alieûrs, dj'à tèlèfonè à Jules, vosse nèveu. I vêrè dimègne qui vint, après grand-mèsse. I dînerè avou nos èt vos mostrer su place. C'èst li, bin sûr, qui frè l'ovradje.

    Dj'ènn a d'moré come on bauyau.

    - Vos-avoz trové one boûsse, Twènète, ou bin v's-avoz tchèyu su vosse tièsse ?

    - Non.na, Zande, dj'a rèflèchi ; nos frans come nos-avans dit. Nos n'rivêrans pus là-d'ssus !

    È bin, in, Twin.ne ça s' frè come Twènète l' dit ! C'èsteut trop bia, veus'. Li londi d'après, dj'èsteus au mitan dè l' pîsinte do djârdin, aspoyî su m' locèt èt r'waîtî lès p'tits piquèts qui l' Jules aveut planté o bokèt.

    Il î aveut pindu dès cwades di totes lès coleûrs. Dji n'aveus nin ètindu ariver Twènète. Èle èsteut pa-drî-mi.

    - Vos vièroz, Zande, come ça sèrè bia, gn-a l' vwèzin qui va moru d'djalouserîye.

    - Alons, Twènète, ratindans todi.

    - Mins qui dj'î sondje, ci sèreut vraîmint damadje, don, do pupont awè d' fréjîs ! Si vos r'fouyerîz deûs, trwès royons là, à l'intréye do pachi èt-z-î r' planter one ligne ?

    - Dji vou bin, ê, mi, Twènète, c'èsteut one bone sôrte.

    - A la bone eûre ! Et tant qu'vos-î-sèroz, in Zande, rotoûrnoz l' wazon cor one miète pus lon. Nos mètrans on câré d' pêrzin, dèl cièrfouye, on cint d'tchôds porias, saquants salades èt dès tomates-cèréjes. Ça vos-ocuperè au bon timps !

    Henri MATTERNE, R.N.

    (Sart-Bernard)

    (Prose wallonne parue dans le journal "Vers l'Avenir" du mercredi 13 mars 1996.)

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    ALEXANDRE ET ANTOINETTE - D'UN JARDIN À L'AUTRE.

    - Tiens, Alexandre, tu bêches de nouveau un morceau pour agrandir ton jardin ?

    - Ah, tais-toi, Antoine ! Si tu savais les tenants et aboutissants de l'histoire, c'est à devenir fou !

    - Justement, je ne le sais pas ! Si tu me l'expliquais.

    - Regarde un peu là, contre la remise à chariots. J'ai déjà tout retourné, depuis trois semaines. Au printemps, j'ai semé des carottes dans de la terre aussi fine que des cendrées, des nouvelles semences. Il y a eu trois carottes qui ont levé. Non, je mens, il y en a eu quatre, j'en ai retrouvé une dans les fraisiers. J'ai planté des haricots nains, quatre lignes, j'en ai ramassé un kilo. Le cerfeuil n'est pas sorti, mes salades ont monté alors qu'elles n'étaient pas bonnes à couper. J'avais mis, bien cinq mètres de persil, ici, tout au long du sentier. Il a bien germé, car je l'avais recouvert avec des sacs que je mouillais tous les jours à la soirée. Après quinze jours, il y avait déjà la moitié de perdu comme s'il était rentré en terre. Des pommes de terre, pas la peine d'en parler ! J'ai ramassé deux sceaux de grosses billes, assez pour faire une bonne chaudronnée pour le cochon du voisin. Il y a juste eu les pieds des petites tomates qui ont bien porté, pourtant si nous en avons mangé dix, c'est beaucoup. Ma nièce est passée qu'elles n'étaient pas mures. Et je l'entends encore.

    - Oh, mon oncle, des tomates cerises, j'aime bien savez-vous. Puis-je en cueillir quelques-unes ?

    - Que pouvais-je répondre ? Elle en a eu un poêlon rempli. Les merles ont mangé le reste. Rien, je n'ai rien eut ! Antoinette s'est fâchée. Elle a fait ses grands bras comme d'habitude et fait claquer ses talons. A l'entendre, nous allions mourir de faim, il faudra acheter tout bien cher à la charrette ou au marché. Elle a même osé dire que je devenais trop bête pour faire un jardin, et patati et patata. Quand j'ai entendu cela, la fièvre m'est montée à la tête. Je l'ai rabrouée et je suis allé chercher ma brouette. Cela n'a pas tardé ! J'ai arraché tout : les fraisiers, les tomates et les haricots nains. Je n'ai rien laissé et conduis tout à la vieille carrière. Alors j'ai attrapé ma bêche et retourné tout le morceau. Antoinette a fait sa moue et resté trois jours sans me parler. Mais comme je la connais, elle s'est aussi vite calmée qu'elle n'était montée comme la soupe au lait. Le quatrième jour, au soir, elle allait et venait dans la cuisine. Je voyais bien qu'elle essayait de me parler. Tout à coup, elle s'est assisse à table et me dit d'une voie toute calmée : - Alexandre, l'autre jour, j'y suis allée un peu fort ! C'est vous le maître, mais j'ai pensé à quelque chose.

    - Ah, et l'on peut savoir quoi ?

    - Voilà, nous prenons tous les deux de l'âge. J'ai songé que l'on pourrait peut être arranger quelque chose de beau. Je verrais bien une haie de cornouiller ou de ligustrum contre le mur de la remise à chariots, des rosiers, des giroflées, des amarantes, des mufliers, des pivoines, des fuchsias autour du morceau, et au milieu, un beau sapin bleu, il y a longtemps que j'en ai envie. Le jardin serait rempli. Vous n'auriez plus qu'à l'entretenir sur votre poids. D'ailleurs, j'ai téléphoné à Jules, votre neveu. Il viendra dimanche prochain, après grand-messe. Il dinera avec nous et vous montrera sur place. C'est lui qui fera l'ouvrage.

    J'en suis resté comme un bailleur.

    - Vous avez trouvé une bourse, Antoinette, ou alors vous êtes tombée sur votre tête ?

    - Non, Alexandre, j'ai réfléchi ; nous ferons comme nous avons dit. Nous ne reviendrons plus la-dessus !

    - Et bien, Antoine cela se fera comme Antoinette le dit ! C'était trop beau, le lundi d'après, j'étais au milieu du sentier du jardin, appuyé sur ma bêche et je regardais les petits piquets que Jules avait planté dans le morceau.

    Il avait pendu des cordes de toutes les couleurs. Je n'avais pas entendu arriver Antoinette. Elle était derrière moi.

    - Vous verrez, Alexandre, comme ce sera beau, le voisin va en mourir de jalousie.

    - Allons, Antoinette, attendons toujours.

    - Mais que j'y songe, ce serait vraiment dommage, de ne plus avoir de fraisiers ! Si vous bêcheriez deux, trois sillons là, à l'entrée de la prairie et y planter une ligne.

    - Je veux bien, moi, Antoinette, c'était une bonne sorte.

    - À la bonne heure ! Et tant que vous y serez, Alexandre, retournez le gazon encore un peu plus loin. Nous mettrons un carré de persil, du cerfeuil, un cent de poireaux, quelques salades et des tomates cerises. Cela vous occupera au bon temps !

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • Maurice BOULANGER et Claire PAULET sont tous deux originaires de Bioul et ont exploité une ferme à Bioul.

    Lui est né à Bioul, le 19 septembre 1907, elle est aussi née à Bioul, le 2 novembre 1919, ils se sont unis le 27 février 1946. De leur mariage sont nés deux fils, une petite-fille et quatre petits-fils.

    Un des fils est agriculteur à la ferme d'Elvaux  de Lesve, c'est là qu'eut lieu la fête du jubilé.

    Lors de la déclaration de la guerre, Maurice a rejoint son unité de réserve pour accomplir son devoir patriotique. Il a été fait prisonnier et transféré en Allemagne jusqu'à la fin des hostilités.

    Bioul - Noces d'or des époux Maurice BOULANGER et Claire PAULET.

    Photo extraite du journal "Vers l'Avenir" du lundi 18 mars 1996.

    Les familles BOULANGER et PAULET.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • AURMONAK... D'OCTÔBE

    ALMANACH... D'OCTOBRE.

    Le 01 : Sint-Rémi - Saint-Rémi.

    - Octôbe èt maus' si r'chon'nut.

    - Octobre et mars se ressemblent.

    Le 02 : Sint-Lèdjer - Saint-Léger.

    - Li blé sèmé à l'Sint-Lèdjer sèrè lèdjer.

    - Le blé semé à la Saint-Léger sera léger.

    Le 03 : Sint-Djèrau - Saint-Gérard :

    -Quand en octôbe, on vwèt dès wôtès framoûjes, c'est l'anonce d'on deur iviêr.

    - Quand en octobre, on voit de hautes fourmilières, c'est l'annonce d'un dur hiver.

    Le 04 : Sint-Françwès d'Assise - Saint-François d'Assise :

    Patron des djins qui r'faîyenut lès mat'las

    - A l'Sint-Françwès, on ratind lès prumîs frèds.

    Patron des gens qui réparent les matelas.

    - À la Saint-François, on attend les premiers froids.

    Le 05 : Sinte-Fleûr - Sainte-Fleur :

    - A l'Sinte-Fleûr, ci n'est pus l'momint s'aler au pachi.

    - À la Sainte-Fleur, ce n'est plus le moment d'aller au verger.

    Le 06 : Sint-Bruno - Saint-Bruno :

    - A l'Sint-Bruno, lès fouyes tchaîyenut dins l'bwès.

    - À la Saint-Bruno, les feuilles tombent dans le bois.

    Le 07 : Sint-Serge - Saint-Serge :

    - C'èst viè l'Sint-Serge qu'i faut z-ach'ter sès moussemints d'iviêr.

    - C'est vers la Saint-Serge qu'il faut acheter ses habits d'hiver.

    Le 08 : Sinte-Pélajîye - Sainte Pélagie :

    - Sinte-Pélajîye amwin.ne sovint li tonwâre èt dès gruzias.

    - Sainte-Pélagie amène souvent le tonnerre et la grêle.

    Le 09 : Sint-Denis - Saint-Denis.

    Li prumî évêque di Paris.

    - A l'Sint-Denis, li tchèrweû èst tot binauje d'yèsse contint.

    Le premier évêque de Paris.

    - À la Saint-Denis, le laboureur est tout joyeux.

    Le 10 : Sint-Gwilin - Saint-Ghislain.

    - Li vint d'octôbe, c'èst l'mwârt dès fouyes.

    - Le vent d'octobre, c'est la mort des feuilles.

    Le 11 : Sint-Firmin - Saint-Firmin.

    - Vint candjant anonce on candj'mint d'timps.

    - Vent changeant annonce un changement de temps.

    Le 12 : Sint-Wilfried - Saint-Wilfrid.

    - Sovint li 12 d'octôbe nos apwate 3 djoûs d'bon timps.

    - Souvent, le 12 octobre nous apporte 3 jours de bon temps.

    Le 13 : Sint-Jèrau - Saint-Géraud.

    - L'èsté dè l'Saint-Jérau ni dure qui 3 djoûs.

    - L'été de la Saint-Géraud ne dure que 3 jours.

    Le 14 : Sint-Juste - Saint-Juste.

    - Tant qu' l'acacia èst vèt', l'autone ni mousse nin.

    - Tant que l'acacia est vert, l'automne n'entre pas.

    Le 15 : Sinte-Tèrèse d'Avila - Sainte-Thérèse d'Avila.

    - Sovint, Sinte-Tèrèse nos apwate on p'tit bokèt d'èsté.

    - Souvent, Sainte-Thérèse nous apporte un petit morceau d'été.

    Le 16 : Sinte-Edwije - Sainte-Edwige.

    - A l'Sinte-Edwidje, côpoz vos cabus, è l'iviêr, is auront on bon gout.

    - À la Sainte-Edwige, coupez vos choux, en hiver, ils auront bon goût.

    Le 17 : Sint-Baudwin - Saint-Baudouin.

    - Li ton'wâre d'octôbe anonce brâmint d'vin.

    - Le tonnerre d'octobre annonce beaucoup de vin.

    Le 18 : Sint-Luc - Saint-Luc.

    - A l'Sint-Luc, li mouchon si taît.

    - À la Saint-Luc, l'oiseau se tait.

    Le 19 : Sint-René - Saint-René.

    - Si on vwèt dès stwèles à l' Sint-René, i vaut mia s' tchaufer.

    - Si on voit des étoiles à la Saint-René, il vaut mieux se chauffer.

    Le 20 : Sinte-Aline - Sainte-Aline.

    - Octôbe frèd èt clér touw'rè lès alènes.

    - Octobre froid et clair tuera les chenilles.

    Le 21 : Sinte-Ursule - Sainte-Ursule.

    - Sovint, à l'Sinte-Ursule, li frèd d'on pas rèscule.

    - Souvent, à la Sainte-Ursule, le froid, d'un pas recule.

    Le 22 : Sinte-Elodîye - Sainte-Élodie.

    - Viè l'22 do mwès, on c'mince à r'veûy lès cwarnasses dins lès tchamps.

    - Vers le 22 du mois, on recommence à voir les corneilles dans les champs.

    Le 23 : Sint-Djan di Capistran - Saint-Jean de Capistran.

    - A l'Sint-Djan d'autone, i vos faut r'piquer divant qui l'solia si lève.

    - À la Saint-Jean d'automne, il faut repiquer avant le lever du soleil.

    Le 24 : Sint-Florentin - Saint-Florentin.

    - Li brouliârd do matin anonce todi do bia timps.

    - Le brouillard du matin annonce toujours du beau temps.

    Le 25 : Sint-Crépin - Saint-Crépin.

    - A l'Sint-Crépin, lès mouches veûyenut leû fin.

    - À la Saint-Crépin, les mouches voient leur fin.

    Le 26 : Sint-Hêre - Saint-Hilaire.

    - Si l'solia lût au djoû dè l'Sint-Hêre, profitoz-è po rintrer vosse bwès po l'iviêr.

    - Si le soleil luit le jour de la Saint-Hilaire, profitez-en pour rentrer votre bois pour l'hiver.

    Le 27 : Sinte-Emeline - Sainte-Émeline.

    - Bia timps à l'vièspréye done todi brâmint d'èspwèr au bauyau.

    - Beau temps à la soirée donne toujours beaucoup d'espoir au bâilleur.

    Le 28 : Sint-Simon -Saint-Simon.

    - Li brouliârd su l'djaléye ni dure jamaîs longtimps.

    - Le brouillard sur la gelée ne dure jamais longtemps.

    Le 29 : Sint-Narcisse - Saint-Narcisse.

    On l'prîye sovint quand on a dès rûses po pichî. Si ça vos arive, pinsoz aus r'mèdes de bon vî docteûr Djacobû;

    - Bwâre brâmint dè l'bîre po z-awè do oubion dins l'cwârps.

    - Bwâre do té faît avou dès yèbes di Sint-Djant èt dès quèwes di r'naud, ou co dès quèwes di cèréjes.

    - Mougnî brâmint d'pôrias.

    - Mougnî tanawète on djon.ne maule di soris rosti au bon bûre.

    - Mougnî tanawète one bone fricasséye avou dès ous d'canaris.

    - Quand v's auroz sayî tot ça, si ça n'va nin mia aloz veûy on pich'cologue...

    Souvent on le prie lorsqu'on a des problèmes pour uriner. Si cela vous arrive, pensez aux remèdes du bon vieux docteur Jacob.

    - Boire beaucoup de bière pour avoir du houblon dans le corps.

    - Boire du thé fait avec de la valériane et de la prêle, ou encore des queues de cerises.

    - Mangez beaucoup de poireaux.

    - Mangez quelquefois un jeune de souris mâle rôti au bon beurre.

    - Mangez quelquefois des œufs de canaris frits.

    - Quand vous aurez tout essayé, si cela ne va pas mieux alors allez voir un urologue...

    - Li nîve dè l'Sint-Narcisse, c'èst do bènèfice po l' blé.

    - La neige de la Sinte Narcisse, c'est du bénéfice pour le blé.

    Le 30 : Sinte-Binv'nuwe - Sainte-Bienvenue.

    - Li bruweû d'octôbe amwin.ne sovint dès rumes.

    - La brume d'octobre amène souvent des rhumes.

    Le 31 : Sint-Quentin - Saint-Quentin.

    - Li lend'mwin dè l'Sint-Quentin, c'èst l'Tossint.

    - Le lendemain de la Saint-Quentin, c'est la Toussaint.

    Pa Châle MASSAUX.

    (Extrait de la revue "Li Chwès" d'octobre 2014.)

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires