• DJÈ L' VÈYEÛVE VOLTÎ M'MOMAN.

     Dèdja dins l' prétimps di s' djon.nèsse,

    Dj' èsteûve dins on p'tit cwin di s' cœûr ;

    On n'aveûve nin totes sès ayèsses,

    Mins on vikeûve au p'tit boneûr.

    Djè l' vèyeûve voltî m' moman.

     

    Po tinre li pot drwèt dins l' mwin.nadge,

    Faleûve qu' èle vôye travayî.

    Sès mwins todi rimplîyes di coradje,

    N' avin.nes nin l' timps di ram'chî.

    Djè l' vèyeûve voltî m' moman.

     

    Maugré l' trayin dè l' vikérîye,

    Plaîjante, èle pwârteûve si goria.

    A l' place di braîre, vaut mia qu' on rîye,

    D'jeûve-t-èle, li visadje èst pus bia.

    Djè l' vèyeûve voltî m' moman.

     

    Èle conicheûve tot l' vwèsinadje,

    Fârjole, sès djins èt sès tayons,

    Èle aimeûve passe-rôses èt ramadjes,

    Qui dins lès aubes fiyin.nes lès mouchons.

    Djè l' vèyeûve voltî m' moman.

     

    Lès spots walons, èle lès choûteûve,

    Et dè l' veûy rîre, ça fiyeûve plaîji.

    Et d' ssus sès dints riglaticheûve,

    One djôye d' èfant tot dislachî.

    Djè l' vèyeûve voltî m' moman.

     

    L' nwâreû d' sès tch'fias dissus s't-anète,

    Et sès lèpes rimplîyes di solia,

    Lî mètin.nes on aîr d' amourète,

    Pa-t't-avau s' cwârps qu'èsteûve fin bia.

    Djè l' vèyeûve voltî m' moman.

     

    Asteûre èle èst yute dès miséres,

    L' Bon Diè nos l' a r'prîje po todi.

    Maîs si, po d' bon, èle dwâme è têre,

    Si cœûr nos vwèt do paradis.

    Djè l' vwès tél'mint voltî, m' moman.

    Jean SERVAIS.

    (Poésie wallonne parue dans la revue "Li Chwès" en mai 2014).

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    JE L'AIMAIS MA MAMAN.

     Déjà dans le printemps de sa jeunesse,

    J'étais dans un petit coin de son cœur ;

    On n'avait pas toutes les commodités,

    Mais l'on vivait au petit bonheur.

    Je l'aimais ma maman.

     

    Pour s'en sortir dans le ménage,

    Elle devait aller travailler.

    Ses mains toujours remplies de courage,

    N'avaient pas le temps de tripoter.

    Je l'aimais ma maman.

     

     Malgré les mouvements de la vie,

    Plaisante, elle portait son goreau.

    Au lieu de pleurer, mieux vaut rire,

    Disait-elle, le visage est plus beau.

    Je l'aimais ma maman.

     

    Elle connaissait tout le voisinage,

    Falisolle, ses parents et ses ancêtres,

    Elle aimait les muguets et les ramages,

    Des oiseaux dans les arbres.

    Je l'aimais ma maman.

     

    Elle aimait les dictons wallons, elle les écoutait,

    Et cela faisait plaisir de la voir rire,

    Et sur ses dents brillait,

    Une joie d'enfant toute libérée.

    Je l'aimais ma maman.

     

    Ses cheveux noirs sur sa nuque,

    Et ses lèvres remplies de soleil,

    Lui donnait un air d'amourette,

    A travers son corps qui était très beau.

    Je l'aimais ma maman.

     

    Maintenant  elle est à l'abri des misères,

    Le Bon Dieu nous l'a reprise pour toujours.

    Mais si, pour de bon, elle dort en terre,

    Son cœur nous voit du paradis.

    Je l'aime tellement, ma maman.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • MOMAN.

    Moman, vos-avèz, stî come one bèle fleûr,

    Qui m' papa a coudu l' long dè bwès.

    Por li, atiré pa vos bèlès coleûrs,

    Vos-avèz stî, moman, si p'tite fleûr di Bon Diè.

     

    Pou vos-èfants, vos-avèz stî dès parints adorâbes.

    Djoyes, bèle viye, amoûr, vos nos-avez tout d'né.

    Vos-avèz stî, moman, one feume fôrmidâbe,

    Di tot nosse keûr, nos vos-avans in.mé.

     

    Asteûre qui tos lès deûs vos nos-avèz qwité,

    Nos n'avans pus d' cès djoûs-là qu' dès souv'nirs.

    Moman, po l' djoû d' vosse fièsse..; ça m' fé pinser,

    Qui dja co dès miles mèrci à vos dire.

    Marcel VARET. Seille.

    (Poème paru dans le journal "Vers l'Avenir" du samedi 16 et dimanche 17 septembre 1995.)

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    MAMAN.

    Maman, vous avez été comme une belle fleur,

    Que mon papa a cueilli le long du bois.

    Pour lui, attiré par vos belles couleurs,

    Vous avez été, maman, sa petite fleur du Bon Dieu.

     

    Pour vos enfants, vous avez été des parents adorables.

    Joies, belle vie, amour, vous nous avez tout donné.

    Vous avez été, maman, une femme formidable.

    De tout notre cœur, nous vous avons aimé.

     

    Maintenant, tous les deux, vous nous avez quittés,

    De ces jours nous n'avons plus que des souvenirs.

    Maman, pour le jour de votre fête... cela me fait penser,

    Que j'ai encore de milliers de merci à vous dire.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • PO LÈS 80 ANS D'ONE MAME.

    Qué bia djoû ! Nos-èstans, nos, lè-èfants da Marîye-Thèrèse, bin binaujes di vos vôy véci po fièster sès-ans. C'èst bin lès preûves qui nos l' vèyans voltî, tortos. Et nos sèrans tortos do min.me avis po dîre qui nos-avans bin dè l' chance di l'awè.

    Poqwè ? Pace qu'èle nos raconte sovint tot ç' qui nos n' con'chans nin do vî timps. Ni vos-è fioz nin, gn-a co po longtimps. Pus' qu'on-z-avance, èt pus' qu'i gn-a dès sov'nances.

    Nos-avans bin dèl chance di l'awè, pace qu'èle nos-a fait goster à tortos one fwârt bone ricète. Si vos nè l' conichoz nin, lèvez vosse dwègt ! Vos-auroz drwèt, dins saquants mwès, au "rôti du porc venaison", avou, d'vant ça, des "œufs mimosas" èt co bin qu'èle dimanderè à nosse Francine qu'èle fêye si bia "gâteau aux ananas".

    Nos-avans bin dè l' chance di l'awè, pace qui quand èle bwèt saquants vêres di pèkèt, nos n'avans pus rin à dire èt nos n'avans nin dindji "d'appareil accoustique" po l'ètinde.

    Nos-avans bin dè l' chance di l'awè, pace qui l'uch èst todi douvièt, vêla au 50 dè l' reuwe di Coquelet, t-ossi bin po l' famile qui po lès soçons ou lès cias qui d'meûrenut à costé. Ni pinsez nin mau, c'èst causu tortotes dès feumes. On-z-a min.me sondjî, on momint, di r'batiser l' reuwe, li vôyes dès "veuves joyeuses".

    Nos-avans bin dè l' chance di l'awè, pace qui c'è-st-one mame come tos lès-èfants è vôrin.ne one... èt qu'èle nos-a bin mostré ç' qui c'èsteûve qui l'amoûr d'one mame.

    Anne-Marie.

    (Prose wallonne parue dans le journal "Vers l'Avenir" du samedi 16 et dimanche 17 septembre 1995.)

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    POUR LES 80 ANS D'UNE MAMAN.

    Quel beau jour ! Nous sommes, nous, les enfants de Marie-Thérèse, très contents de vous voir ici pour fêter son anniversaire. C'est bien la preuve que tous nous l'aimons. Et nous serons tous du même avis pour dire que nous avons bien de la chance de l'avoir.

    Pourquoi ? Parce qu'elle nous raconte souvent tout ce que nous ignorons du vieux temps. Ne vous en faites pas, il y en a encore pour longtemps. Plus on avance, et plus il y a des souvenirs.

    Nous avons bien de la chance de l'avoir, parce qu'elle nous a fait goûter à tous une fort bonne recette. Si vous ne la connaissez pas, levez le doigt ! Vous aurez droit, dans quelques mois, au "rôti de porc venaison", précédé des "œufs mimosas" et peut-être demandera-t-elle à Francine qu'elle fasse son beau "gâteau aux ananas".

    Nous avons bien de la chance de l'avoir, parce que quand elle boit quelques verres de péket, nous n'avons plus rien à dire et nous n'avons pas besoin "d'appareil acoustique" pour l'entendre.

    Nous avons bien de la chance de l'avoir, parce que la porte est toujours ouverte, là-bas au 50 de la rue de Coquelet, aussi bien pour la famille que pour les amis ou ceux qui habitent à côté. Ne pensez pas mal, c'est presque toutes des femmes. On a même pensé, un moment, a rebaptisé la rue, en "rue des veuves joyeuses".

    Nous avons bien de la chance de l'avoir, parce que c'est une maman comme tous les enfants en voudraient une... et qu'elle nous a bien montré ce qu'était l'amour d'une maman.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • Pour tous, Pâques marque une renaissance.

    Les chrétiens célèbrent la résurrection du Christ, les autres considèrent ce premier long congé de l'année comme le véritable début du printemps qui les incite au voyage. Pour les petits, c'est l'assurance des traditionnels œufs en chocolat.

    Pâques, la renaissance.

    Photo extraite du journal "Vers l'Avenir" des samedi 15, dimanche 16 et lundi 17 avril 1995).

    La résurrection du Christ.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • LÈS CLOKES.

    C'èst lès mouchons qui s'cotchèssenut dins l' cèrénji qui m'ont rèwèyî. On dîréve qui l' mwès d'avri mouche è m'tchambe pa l'finièsse tapéye grande au laudje. Mins l' solia chone cor one miète tiré èt gn-a do brouliârd dissus lès ayes.

    Totes lès clokes ont comincî à soner : li grosse do fond d'Moustî qu'èst d'mèréye mièrseûle dispûs qu' lès Gris ont scoté lès deûs-ôtes, de l' guêre ; lès p'tites frénguètes da l' Reuwe qui pin'nut dès-êrs di "mi dj' so là" èt lès cènes di Mornîmont qu'èvoyenut leûs bim'bam' au-d' truviès dès grands prés èt dès djârdéns jusqu'à ci. Ele vègnenut r'dougnî conte lès meurs di m' tchambe èt fé dès rigodons pa-d'zeû m' tièsse qu'on dîréve one keuwéye di p'titès crapôdes qu'è vont à scole. On lès choûteréve bén rén qu' po s' plêji.

    Lès cènes di Rodjimont ni sont nén co riv'neuwes di leû grand voyadje.

    Li solia vént tot l' min.me mi kèki auzès massales étur deûs nûléyes. I s'a dis pièrté d'vant mi, faut-i dîre.

    Ça m' rapinse lès djoûs d' Pauke di d' quand dj'èstève gamin. Mi p'tit frére passéve si tièsse pa l' craye di l'uch :

    - I sèrè tins, sés-se. Lès clokes rivègnenut à grands côps.

    Nos zouplèn'tos lès deûs à l'valéye dès montéyes, au prumî qui sèrév' dins l' djârdén.

    Mins, nén lès pwin.nes di couru. Nosse vî pârén nos ratindéve todi d'dé l'uch. Il avéve sèré lès volèts peû qu' nos n'èwaranche lès clokes qui pon.dén'quéntéfîye, dijèt-i.

    Ele bizerén' coi pus rwèd qui l' vinr. Alez vos moussî, tchirous. On n' va nén à l'uch à pîds d'tchaus, don. Et vos n'avoz rén su vosse dos !

    - Bondjoû, pârén ! Nos lî clapén'on bètch su s'massale. Tote li maujone èstéve dins l'nwâri cheû. On n' vèyéve pus qui l' blanke coûchètes da nosse pitite soû.

    Là nosse pa qui rintêre d' l'uch :

    - Elle ont ponu.

    Raddimint, on tape l'uch au laudje èt on pète one coûse dins lès pîsintes do djârdén, ètur lès pârcs di p'titès s'minces qui lèvenut dèdja. Lès grandès-ièbes sigotenut leûs pièles d'eûwe su nos pîds. On-z-a frèd sès bodènes èt lès filés d'l'avièrje s'aclapenut à nos massales èt dins nos tch'vias ; mins on n'i r'toûne nén là-d'ssus.

    Ci n'èst pus qu'one èsclamûre pa t't-avau lès bowéyes di fleûrs èt lès vôyes do corti :

    - Wê, dins lès couches do neûji, on tchèna avou dès-ous d' suke.- Dins l' jolibwès, gn-a one grosse pouye pindeuwe pa one flotche.

    C'èst dès djiperîyes dins tos lès cwéns :

    - O vêci ! ô dins lès grusalîs...

    - Maria todi, di-st-i nosse vî pârén. Bén, mès-èfants, gn-ârè d'djà po saquants djpûs ! Qu'alez fé avou tot ça. Arèdje au mwins on-ou ?

    - Oyi, don, pârén. Tènoz...

    Et, ârqouyes qui n's-èstans, nos lî boutans dins sès mwins dès bokèts di scaugne qui lès clokes ont sûr lèyî tchêr dins one bowéye di surale.

    Nosse pitit tchaur èst tot oupé d' gueûzerîes : dès-ous d'suke, di chôcolat, dès vrês-ous dauborés d' coleûrs di totes sôtes.

    Et nos cachans co.

    - I n' dwèt pus'nn'awè dès masses, savoz, di-st-èle, li vîye cousène Lalîye qui r'nache co tot l'min.me do costé dès rubâbes qui nos n'î avans nén stî.

    Lès clokes di Rodjimont ont comincî à soner tortotes échone po l'Gloria. Ele sont riv'neuwes lès dêfrènes come todi.

    Et c'èst tot ça qui dj' riwè è tot choûtant lès clokes ; mins gn-a pupont d'ous dins lès bowéyes di fleûrs do djârdén.

    Emile GILLIARD.

    in "Dodjimont, paskéyes di todi"

    (Histoire amusante parue dans le journal "Vers l'Avenir" du jeudi 20 avril 1995).

      ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    LES CLOCHES.

    Ce sont les oiseaux qui se pourchassent dans le cerisier qui m'ont réveillé. On dirait que le mois d'avril entre dans ma chambre par la fenêtre grande ouverte. Mais le soleil semble un peu pâle et il y a du brouillard sur les haies.

    Toutes les cloches ont commencés à sonner : la grosse du fond de Moustier qui est restée seule depuis que les Gris ont volé les deux autres, à la guerre ; les petites de la rue qui prennent des airs de "moi je suis là" et celles de Mornimont qui envoient leurs sons à travers les grands prés et des jardins jusqu'ici. Elles viennent rebondir contre les murs de ma chambre et faire des rigodons au-dessus de ma tête, qu'on dirait une file de petites filles qui vont à l'école. On les écouterait bien, rien que pour le plaisir.

    Celles de "Rodjimont" ne sont pas encore revenues de leur grand voyage.

    Le soleil vient tout de même chatouiller mes joues entre deux nuées. Il s'est levé avant moi, faut-il dire.

    Cela me rappelle les jours de Pâques, quand j'étais gamin. Mon petit frère passait la tête par la porte entrebâillée.

    - Il serait temps, sais-tu ? Les cloches reviennent à grands coups.

    Nous sautâmes tous les deux en bas de l'escalier, au premier qui serait dans le jardin.

    Mais, pas la peine de courir. Notre vieux parrain nous attendait près de la porte. Il avait fermé les volets pour ne pas que nous saisissions les cloches qui pondaient peut-être ici.

    Elles se sauveraient plus vite que le vent. Allez vous habiller. On ne vas pas dehors à pieds nus. Et vous n'avez rien sur le dos !

    - Bonjour Parrain ! Nous lui claquant un baiser sur la joue. Toute la maison était dans le noir. On ne voyait plus que la couche blanche de notre petite sœur.

    Voilà notre papa qui rentre du dehors.

    - Elles ont pondu.

    Vite, on ouvre la porte et on courre dans les sentiers du jardin, entre les parcs de petites semences qui lèvent déjà. Les grandes herbes égouttent leurs perles d'eau sur nos pieds. On a froid aux mollets et les fils de la Vierge collent à nos joues et dans nos cheveux ; mais on ne s'en inquiète pas.

    Ce n'est qu'une exclamation dans les touffes de fleurs et les routes du jardin :

    - Regardes, dans les branches du noisetier, un panier avec des œufs de sucre.

    - Dans le lilas, il y a une grosse poule pendue par une floche.

    Ce sont des démonstrations exubérantes dans tous les coins.

    - Oh ici ! Dans les groseilliers...

    Mon Dieu, dit notre vieux parrain. Mes enfants, il y en aura pour quelques jours ! Qu'allez-vous faire de tout cela ? Casse au moins un œuf ?

    - Oui, parrain. Tenez...

    Et, farceurs que nous sommes, nous lui fourrant dans ses mains des morceaux d'écailles que les cloches ont sûrement laissé tombé dans une touffe d'oseille.

    Notre petit chariot est rempli à plein bord de gourmandises : des œufs en sucre, en chocolat, de vrais œufs barbouillés de diverses couleurs.

    Et nous cherchons encore.

    - Il ne doit plus en rester beaucoup, dit, le vieille cousine Eulalie qui cherche tout de même du côté des rhubarbes  où nous n'étions pas allés.

    Les cloches de "Rodjimont" ont commencé à sonner toutes ensembles pour le Gloria. Elles sont revenues les dernières comme toujours.

    Et c'est tout cela que je revois tout en écoutant les cloches ; mais il n'y a plus d'œufs dans les touffes de fleurs du jardin

    Rodjimont est un village sambrien imaginé par l'auteur.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique