• Noyé d'adon.

    NOYÉ D'ADON.

    C'èsteut dins lès prumis djoûs do mwès d' janvier di ç'te anéye-là. Dins on vî stauve di Bètléyèm.

    On vî stauve qu'one djon.ne cope s'î aveut v'nu racayuter, saquants djoûs d'vant, po r'cîre, li mia possibe, li p'tit èfant qu'i v'nint d'awè.

    Gn-aveut l' popa. On popa qui fieut tot ç' qu'i p'leut po qu' l'èfant n'eûche nin frèd. Gn-aveut l' moman.

    One moman tote paujère. Gn-aveut l'èfant. Au pus sovint, i dwârmeut, l'èfant. Dilé zèls, dins li stauve, on baudèt èt on boû qui sayint di r'tchôfer l'maujonéye.

    Lès prumis qu'ont arivé po v'nu veûy l'afaîre, c'èst dès bièrdjîs qui tchampyint avaur là. Vos l's-auriz d'vu veûy vinu passer leû tièsse, chaque à leû toû po-z-aguignî li p'tite famile qui s' ripwaseut paujèremint !

    C'èsteut dins lès prumis djoûs do mwès d'janvier di ç'te anéye là. On paujère timps qui n's-avans rovî po fé place à tot ç' qui n'savans inventé dispû.

    Lucien SOMME.

    (Prose wallonne de circonstance parue dans le journal "Vers l'Avenir" du samedi 23 décembre 2017).

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    NOËL D'ALORS.

    C'était dans les premiers jours du mois de janvier de cette année-là. Dans une vieille étable de Bethléem.

    Une vieille étable, où un jeune couple était venu s'abriter quelques jours auparavant, pour recevoir, le mieux possible, le petit enfant qu'il venait d'avoir.

    Il y avait le papa. Un papa qui faisait ce qu'il pouvait pour que l'enfant n'ait pas froid. Il y avait la maman.

    Une maman toute calme. Il y avait l'enfant, qui le plus souvent dormait. Près d'eux, dans l'étable, un âne et un bœuf qui essayaient de réchauffer la maisonnée.

    Les premiers arrivés pour venir voir l'affaire, ce sont des bergers qui pâturaient dans le coin. Vous auriez du les voir venir passer la tête, chacun à leur tour, pour lorgner la petite famille qui se reposait calmement !

    C'était dans les premiers jours du mois de janvier de cette année-là. Un temps calme que nous avons oublié pour faire place à tout ce que nous avons inventé depuis.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    « La crèche, théologie du cœur.Annevoie - Une crèche vivante en 2016. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :