• Li raîson.

    LI RAÎSON.

    - Qué novèle, là ? Là one grosse eûre qu'on vos ratind !

    - Bin, è l' reuwe di Brussèle, gn-a one saquî qu'aveûve lèyî tchaîr on pîce di vingt francs à l'têre, èt gn-aveûve bin vint djins qui cachin.n' après.

    - Bin d'abôrd, gn-aveûve nin dandjî d' vos po  ; il èstin.n' à âssez po r'trover l' pîce. Vos n'avîz qu'à 'nnaler tot d'sûte ! Oyi, nin, ça n'aleûve nin... dj'aveûve mi pîd d'ssus !

    R. V.

    (Humour wallon paru dans le journal "Vers l'Avenir" du mercredi 13 mars 1996.)

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    LA RAISON.

    - Quelle nouvelle ? Voilà une grosse heure que l'on vous attend !

    - À la rue de Bruxelles, quelqu'un avait laissé tomber par terre une pièce de vingt francs, et il y avait bien vingt personnes qui cherchaient après.

    - Alors, il n'y avait pas besoin de vous pour chercher ; ils étaient assez nombreux pour retrouver la pièce. Vous n'aviez qu'a partir de suite !

    - Oui, mais cela n'allait pas... j'avais mon pied dessus.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    « Entité - Conseil Communal du jeudi 7 mars 1996.Falaën - Le 29e chapitre de la confrérie du Crochon honore ses dames. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :