• BATAYE.

    Dins nosse corti, tot chone paujère,

    Tot d'on côp c'èst mârgaye,

    C'èst quausu l' min.me po tote nosse têre,

    Ou c' qu'on n' vwèt qu' dès batayes.

     

    Li gros mauvi tchèsse lès mouchons,

    Qu'avolenut viè l' dinréye.

    Çan' va portant jamais pu lon,

    Qu'one pitite dispoûsseléye.

     

    Emon lès bièsses, on s'bat afîye,

    Po disfinde si bokèt.

    Ci n'èst jamais pa sauvadjerîye,

    Qu'on-z-î faît valu s' drwèt.

     

    Lès djins qui mostèrenut tant d' syince,

    Dins tote leûs-invencions,

    Frin.n' bin d'î mète tote leû consyince,

    Po fé come lès mouchons.

    Charles  WILMOTTE. R.N.

    (Poésie wallonne parue dans le journal "Vers l'Avenir" du lundi 18 mars 1996.)

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    BATAILLE.

    Dans notre jardin, tout semble calme,

    Tout d'un coup c'est une dispute,

    C'est à peu près pareil pour toute notre terre,

    Ou l'on ne voit que des batailles.

     

    Le gros merle chasse les oiseaux,

    Qui volent vers les denrées.

    Cela ne va pourtant jamais plus loin,

    Qu'une petite tripotée.

     

    Chez les bêtes, on se bat parfois,

    Pour défendre son morceau.

    Ce n'est jamais par sauvagerie,

    Que l'on y fait valoir son droit.

     

    Les gens qui montrent tant de science,

    Dans toutes leurs inventions,

    Feraient bien d'y mettre toute leur conscience,

    Pour faire comme les oiseaux.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • ZANDE ÈT TWÈNÈTE - D'ON CORTI À L'ÔTE.

    -Tin, ti r'fouyes on bokèt po ragrandi t' corti, Zande ?

    - À, taîje-tu, don, Twin.ne ! Si t'saureus l'cové èt l'ponu d' l'istwêre, c'è-st-àdiv'nu fô !

    - Justumint, dji nè l'sé nin ! Si ti m'l'èspliquereus.

    - Waîte one miète là, èsconte do baur. Dj'a d'djà r'toûrné tot, dispeûy trwès samwin.nes. Au prétimps, dj'a sèmé dès carotes dins dèl têre ossi fine qui dès cindes, dès novèles s'minces, sés'. Gn-a ieû trwês carotes qu'ont djaurné. Non.na, dj'a minti, gn-a ieû quate, djènn a r'trové one dins lès fréjîs. Dj'a planté dès-ascropûwes, quate lignes, dj'ènn a nin ramassé on kulo. Li cièrfouye n'a nin v'nu, mès salades ont monté quand èles-èstin.n' bones à côper. Dj'aveus mètu do pêrzin, vêci, tin, au-d-dilong dè l' pisinte, bin cinq mètes. Il a bin soûrdu pace qui djè l'aveus rascouviè avou dès satch qui dj' ramouyeus tos lès djoûs à l' vièspréye. Ayi, après quinze djoûs, gn-aveut d'djà l'mitan au diâle come s'il aureut ieû r'moussî è têre. Dès canadas, nin lès pwin.nes dè causer ! Dj'a ramassé deûs sayas d' grossès mayes, assez po fé one bone caboléye po l'pourcia dau vwèzin. Gn-a jusse ieû lès pîds di p'titès tomates qu'ont bin pwârté, portant si on 'nn'a mougnî dîj, c'èst brâmint. Mi nèveûse a passé qu'èles-èstin.n' meûres. Djè l'ètind co.

    - Ô, mononke, dès tomates-cèréjes, dj'in.me bin, savoz mi. Èst-ce qui dj'è pou coude saquantes ?

    - Qui v'leus' co dîre . Èle ènn'a ieû plin on pêlon. Lès mauvis ont rauvelé l' rèsse. Rin, dji n'a rin ieû ! Twènète s'a mauvelé. Èle a faît sès grands brès come d'abitude èt fé pèter sès talons. À l'ètinde, on-z-aleut moru d' fwin, i faureut acheter tot bon-z-èy tchèr à l' tchèrète ou au martchi. Èlle a min.me wazu dîre qui dj' div'neus trop bièsse po fé on djârdin, èt patati èt patata. Quand dj'a oyu ça, gn-a l'fîve qui m'a monté è l' capotine. Djè l'a voyî à l' djote èt-z-aler qwêre mi bèrwète. Ça n'a nin taurdjî, sés ! Dj'a rauyî tot : mès fréjîs, lès tomates èt lès-ascropûwes. Dji n'a rin lèyî èt mwinrner l'moncia è l' vîye câriére. Adon, dj'a apicî m'locèt èt r'toûrner tot l'boket. Twènète a faît s'mawe èt d'morer trwès djoûs au long sins m'arin.ner. Mins tè l' coneus bin, èle è-st-ossi rade ritchèyûwe qu'èle n'èst montéye, c'èst come li sope au lacia. Li quatyin.me djoû, à l'nêt, èle caroteut è l' coujène. Dji vèyeus bin qu'èle sayeut d'm'atraîtyi. Tot d'on côp, èle s'a assî à l'tauve èt m'sîre, d'one vwès tote rapujetéye :

    - Zande, l'ôte djoû, dj'î a stî one miète fwârt ! C'èst vos qu'èst maîsse, mins dja tûzé à one saqwè.

    - À, èt on pout sawè qwè ?

    - Volà, nos purdans d' l'âdje tos lès deûs. Dj'a sondjî qu'on pôret qu't'fîye arindjî one saqwè d'bia. Dji vièreus bin one aye di cwagnoûlîs ou d' bwès d' broke conte li meur do baur, dès rôsîs, dès fleûrs di cwarème, dès crèsses di coq, dès gueûyes di liyon, dès piyaunes, dès flocsiâs autoû do bokèt, èt au mitan, on bia bleû sapin, gn-a longtimps qui dj' djêrîye après onk. Li djârdin sèreut rimpli. Vos n'aurîz pus qu'à l'ètèrtinu su vosse pwèds. D'alieûrs, dj'à tèlèfonè à Jules, vosse nèveu. I vêrè dimègne qui vint, après grand-mèsse. I dînerè avou nos èt vos mostrer su place. C'èst li, bin sûr, qui frè l'ovradje.

    Dj'ènn a d'moré come on bauyau.

    - Vos-avoz trové one boûsse, Twènète, ou bin v's-avoz tchèyu su vosse tièsse ?

    - Non.na, Zande, dj'a rèflèchi ; nos frans come nos-avans dit. Nos n'rivêrans pus là-d'ssus !

    È bin, in, Twin.ne ça s' frè come Twènète l' dit ! C'èsteut trop bia, veus'. Li londi d'après, dj'èsteus au mitan dè l' pîsinte do djârdin, aspoyî su m' locèt èt r'waîtî lès p'tits piquèts qui l' Jules aveut planté o bokèt.

    Il î aveut pindu dès cwades di totes lès coleûrs. Dji n'aveus nin ètindu ariver Twènète. Èle èsteut pa-drî-mi.

    - Vos vièroz, Zande, come ça sèrè bia, gn-a l' vwèzin qui va moru d'djalouserîye.

    - Alons, Twènète, ratindans todi.

    - Mins qui dj'î sondje, ci sèreut vraîmint damadje, don, do pupont awè d' fréjîs ! Si vos r'fouyerîz deûs, trwès royons là, à l'intréye do pachi èt-z-î r' planter one ligne ?

    - Dji vou bin, ê, mi, Twènète, c'èsteut one bone sôrte.

    - A la bone eûre ! Et tant qu'vos-î-sèroz, in Zande, rotoûrnoz l' wazon cor one miète pus lon. Nos mètrans on câré d' pêrzin, dèl cièrfouye, on cint d'tchôds porias, saquants salades èt dès tomates-cèréjes. Ça vos-ocuperè au bon timps !

    Henri MATTERNE, R.N.

    (Sart-Bernard)

    (Prose wallonne parue dans le journal "Vers l'Avenir" du mercredi 13 mars 1996.)

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    ALEXANDRE ET ANTOINETTE - D'UN JARDIN À L'AUTRE.

    - Tiens, Alexandre, tu bêches de nouveau un morceau pour agrandir ton jardin ?

    - Ah, tais-toi, Antoine ! Si tu savais les tenants et aboutissants de l'histoire, c'est à devenir fou !

    - Justement, je ne le sais pas ! Si tu me l'expliquais.

    - Regarde un peu là, contre la remise à chariots. J'ai déjà tout retourné, depuis trois semaines. Au printemps, j'ai semé des carottes dans de la terre aussi fine que des cendrées, des nouvelles semences. Il y a eu trois carottes qui ont levé. Non, je mens, il y en a eu quatre, j'en ai retrouvé une dans les fraisiers. J'ai planté des haricots nains, quatre lignes, j'en ai ramassé un kilo. Le cerfeuil n'est pas sorti, mes salades ont monté alors qu'elles n'étaient pas bonnes à couper. J'avais mis, bien cinq mètres de persil, ici, tout au long du sentier. Il a bien germé, car je l'avais recouvert avec des sacs que je mouillais tous les jours à la soirée. Après quinze jours, il y avait déjà la moitié de perdu comme s'il était rentré en terre. Des pommes de terre, pas la peine d'en parler ! J'ai ramassé deux sceaux de grosses billes, assez pour faire une bonne chaudronnée pour le cochon du voisin. Il y a juste eu les pieds des petites tomates qui ont bien porté, pourtant si nous en avons mangé dix, c'est beaucoup. Ma nièce est passée qu'elles n'étaient pas mures. Et je l'entends encore.

    - Oh, mon oncle, des tomates cerises, j'aime bien savez-vous. Puis-je en cueillir quelques-unes ?

    - Que pouvais-je répondre ? Elle en a eu un poêlon rempli. Les merles ont mangé le reste. Rien, je n'ai rien eut ! Antoinette s'est fâchée. Elle a fait ses grands bras comme d'habitude et fait claquer ses talons. A l'entendre, nous allions mourir de faim, il faudra acheter tout bien cher à la charrette ou au marché. Elle a même osé dire que je devenais trop bête pour faire un jardin, et patati et patata. Quand j'ai entendu cela, la fièvre m'est montée à la tête. Je l'ai rabrouée et je suis allé chercher ma brouette. Cela n'a pas tardé ! J'ai arraché tout : les fraisiers, les tomates et les haricots nains. Je n'ai rien laissé et conduis tout à la vieille carrière. Alors j'ai attrapé ma bêche et retourné tout le morceau. Antoinette a fait sa moue et resté trois jours sans me parler. Mais comme je la connais, elle s'est aussi vite calmée qu'elle n'était montée comme la soupe au lait. Le quatrième jour, au soir, elle allait et venait dans la cuisine. Je voyais bien qu'elle essayait de me parler. Tout à coup, elle s'est assisse à table et me dit d'une voie toute calmée : - Alexandre, l'autre jour, j'y suis allée un peu fort ! C'est vous le maître, mais j'ai pensé à quelque chose.

    - Ah, et l'on peut savoir quoi ?

    - Voilà, nous prenons tous les deux de l'âge. J'ai songé que l'on pourrait peut être arranger quelque chose de beau. Je verrais bien une haie de cornouiller ou de ligustrum contre le mur de la remise à chariots, des rosiers, des giroflées, des amarantes, des mufliers, des pivoines, des fuchsias autour du morceau, et au milieu, un beau sapin bleu, il y a longtemps que j'en ai envie. Le jardin serait rempli. Vous n'auriez plus qu'à l'entretenir sur votre poids. D'ailleurs, j'ai téléphoné à Jules, votre neveu. Il viendra dimanche prochain, après grand-messe. Il dinera avec nous et vous montrera sur place. C'est lui qui fera l'ouvrage.

    J'en suis resté comme un bailleur.

    - Vous avez trouvé une bourse, Antoinette, ou alors vous êtes tombée sur votre tête ?

    - Non, Alexandre, j'ai réfléchi ; nous ferons comme nous avons dit. Nous ne reviendrons plus la-dessus !

    - Et bien, Antoine cela se fera comme Antoinette le dit ! C'était trop beau, le lundi d'après, j'étais au milieu du sentier du jardin, appuyé sur ma bêche et je regardais les petits piquets que Jules avait planté dans le morceau.

    Il avait pendu des cordes de toutes les couleurs. Je n'avais pas entendu arriver Antoinette. Elle était derrière moi.

    - Vous verrez, Alexandre, comme ce sera beau, le voisin va en mourir de jalousie.

    - Allons, Antoinette, attendons toujours.

    - Mais que j'y songe, ce serait vraiment dommage, de ne plus avoir de fraisiers ! Si vous bêcheriez deux, trois sillons là, à l'entrée de la prairie et y planter une ligne.

    - Je veux bien, moi, Antoinette, c'était une bonne sorte.

    - À la bonne heure ! Et tant que vous y serez, Alexandre, retournez le gazon encore un peu plus loin. Nous mettrons un carré de persil, du cerfeuil, un cent de poireaux, quelques salades et des tomates cerises. Cela vous occupera au bon temps !

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • LI FIÈSSE DI SINT LAMBÊRT AU TRIYEÛ DÈS GOTES À EMIN.NES...

    Divant do tchanter mèsse avou lès "Tchanteûs do ray", volà ç' qui l' curé a raconté...

    Dji m'a lèyî dîre qu'on bia djoû, aus fièsses di Walonîye (Vos savoz bin, li londi après l' mèsse à Sint-Djan, avou l' prêtchemint di m' vî soçon, l' curé Malherbe), lès tchanteûs avin.n' swè !

    Tot l' monde coneut li spot :

    "Pwisqui l' tchanteû a bin tchanté,

    Nos-alans bwâre à s' santé !"

    I n' sè l'ont nin lèyi dîre deûs côps. C'èst qu' dins ç' soce-là, on n' ratche nin dins s' vêre. Et c'èst co bin sûr qu'on n'èva nin su one djambe !

    Mins v'là qu'après awè tûtelé saqwants p'titès gotes, li présidint dès fièsses leû rid'mande do tchanter saqwans p'tits bokèts.

    Piyâne-piyâne, i s'astampenut èt griper su l'èstrâde. Sins rin dîre au maîsse, èt po l' couyoner, i c'mincenut à tchanter : "Foû dès ray, foû dès ray, v'là l' tram'..."

    Cor one miète, là nosse Djan Denison qu'atrape li danse Sint Gwi ! Èt volà tote li binde dès djins do TEC (s'apinse qu'on dit audjoûrdu) qui s'mètent à taper dins leûs mwins.

    Mins l' présidint a raddimint r'mètu lès cayèts è place èt promète one toûrnéye à tos lès tchanteûs. Ardimint, i s'ont r'mètu à tchanter - "Timps d'èraler, timps d'èraler..."

    René DARDENNE.

    (Prose wallonne parue dans le journal "Vers l'Avenir" du jeudi 22 février 1996.)

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    LA FÊTE DE SAINT-LAMBERT AU TRIEU DES GOUTTES À EMINES.

    Avant de chanter messe avec les "Chanteurs du rail", voici ce que le curé a raconté...

    Je me suis laissé dire qu'un beau jour, aux fêtes de Wallonie (vous savez, le lundi après la messe à Saint-Jean, avec le sermon de mon vieil ami, le curé Malherbe), les chanteurs avaient soif !

    Tout le monde connait le dicton :

    "Puisque le chanteur a bien chanté,

    Nous allons boire à sa santé !"

    Ils ne se le sont pas fait dire deux fois. C'est que dans cette réunion là, on ne crache pas dans son verre. Et surement on ne part pas sur une jambe !

    Mais voilà après avoir lampé quelques petites gouttes, le président des fêtes leur redemande de chanter quelques petits morceaux.

    Tout doucement, ils se redressent et grimpent sur l'estrade. Sans rien dire au maître, et pour plaisanter, ils commencent à chanter : "Hors des rails, hors des rails, voilà le tram..."

    Encore un peu et notre Jean Denison attrape la danse Saint Guy ! Et voilà toute la bande des gens du TEC (dit-on aujourd'hui) qui se met à applaudir.

    Mais le président a vite remis les choses en place et promis une tournée à tous les chanteurs. Rapidement, ils se sont remis à chanter - "Temps de retourner, temps de retourner..."

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • CÉLINE, LI SADJE-DAME.

    (Vikadje do vî timps...)

    Rapinser ou s'sov'nu do vî timps nos radjon.nis one miète mi chone-t-i. Amon nos-ôtes i gn-aveûve dédjà adon, dès grûlauds, dès rabadjôyes, maîs au mitan d'zèls sins causu pont fé d'brût, one djin qu'i n'richoneûve à nuk èt qu' lès sorpirdeûve tortos. Ele si loumeûve Céline, c'èsteûve li sadje-dame. d'avaur-là. Ele aveûve yeû dè l' pwin.ne di piède on èfant qui n'aveûve qu'on an èt po s'soladji, èle dijeûve qui sès èfants c'èsteûve totes lès djins d'avaur-là, qu'èle vèyeûve voltî. Aus cias qu'avin.nes dès anôyes èt qu'alin.nes si d'laminter seuye-t-i au mayeûr, au champète ou min.me au curé on l'zeû conciyeûve d'ènn'è causer à Céline po s'fé copler. On l'ukeûve, po z-èssèv'li lès mwârts, po fé lès wastias po r'çûre li parintéye après l'ètèremint, aler aprinde à keûse ou rassèrci quand l'dame di scole n'èsteûve nin à place, ou côper lès ongues di pîds à on stroupî qu'i n'saveûve pus s'ployî è deus èt co brâmint dès ôtes afaîres qu'on n'apirdeûve nin èt qu'èle ni p'leûve mau dè stramer. Totes sès convôyes, c'èsteûve su on gros vélo d'facteûr, quand èle nos aviseûve èt qu'èle monteûve one pitite gritchète nos èstin.nes todi priyîs dè l' tchouki mais à mode di djins d'dj'eûve t-èle. Adon c'èsteûve co dins lès airs, qu'on gros mouchon apwarteûve les p'tits èfants, maîs nos n'èstin.nes wère dispièrtès ni adouyants non pus sés', ca quand èle nos ataucheûve po nos aviser qui quéquefîye bin qu'i gn-aureûve on batème li dîmègne sûvant, nuk ni sondjeûve nin à lî d'mander ni qwè ni quèsse. Ele vineûve sovint adlé nosse grand-mére èt èle parvineûve a l' fé chach'ler portant grand-moman n'aveûve nin l'riya auji, à paut quand Céline lî raconteûve li paskéye di m' batème, qu'aveûve parait-i mètu one miète l'arèdje avaur-là. Adon i faleûve batijî l'èfant sins taurdjî mais pwisqui l'moman ni pleûve nin r'moussî è l'èglije divant d'awè fait lès ramèssadjes c'èsteûve sovint l'sadje-dame qui pwârteûve l'èfant, elle aveûve sitî d'mandéye por mi ossi, po s'anonci, ça aveûve londjinè, nosse man aveûve tchwèsi s'soû po yèsse mi marène, cit'cile v'leûve qui ç' soyuche si fèye, mais l'curé ni v'leûve nin, trop djon.ne, èle aveûve quinze ans, à l'longue li curé aveûve du bratchî maîs come ça aveûve trop lamburné il aveûve advèrti qu'i gn'aureûve pont d'triboladje. Cèsteûve compter, sins lès zines di nost'ôte grand père qui parèt-i, adon, aureûve bin pwarté l' vèt'bèrèt dès comandos sins lès rabachî. Su l'timps do batème, è catchète, i s'aveûve lètî rèclore dins l'èglîje, tot gripant su l'docsau. Quand is ont stî rèvôye tortos, il a satchi su lès cwades dès deûs clotches èt lès a fait chil'ter à tot arèdje po fé triboler. Quand il a ètindu dis'sèrer l'gros uch, rouf rouf, il a d'chindu, il a crwèj'lè l'curé aus pîds dès montéyes què lî a ram'té "vos sèroz dané Augusse".

    Ci sèreûve asteûre on direûve, bin l'Gusse a bin yeû raîson, maîs adon, il a div'nu por one bone apéye on mau-fiant. Soyoz rapaujîs tortos savoz, dji n'm'è r'sins causu pus, maugré qu'afîye quand dji m'tins ascropu trop longtimps et qu'i dji m'rastampe ça tinkîye pa tos lès costès maîs avou ça non pu don, gn-a rin qu'acertine qui c'èst pace qui l'triboladje après m'batème a stî baltrîjî.

    pa Lèyon Gengoux.

    (Prose wallonne parue dans la revue "Li Chwès" d'avril 2014.)

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    CÉLINE, L'ACCOUCHEUSE.

    (La vie du temps passé...)

    Repenser ou se souvenir du vieux temps nous rajeunis un peu, me semble-t-il. Chez nous, il y avait déjà alors, des grondeurs, des rabat-joie, mais au milieu d'eux sans faire de bruit, une personne qui ressemblait à aucun d'eux, et les surprenait tous. Elle s'appelait Céline, c'était l'accoucheuse. Elle avait eu la peine de perdre un enfant qui n'avait qu'un an et pour se soulager, elle disait que ses enfants c'était toutes les gens de par-là, qu'elle aimait bien. A ceux qui avaient des ennuis et qui allaient se lamenter soit au maire, au champêtre ou même au curé on leurs conseillaient d'en parler à Céline pour se faire aider. On l'appelait, pour ensevelir les morts, pour faire les gâteaux pour recevoir la famille après l'enterrement, aller apprendre à coudre ou repriser quand la dame de l'école était absente, ou couper les ongles des pieds à un estropié qui ne savait plus se plier en deux et encore d'autres affaires que l'on n'apprenaient pas et qu'elle s'abstenait d'ébruiter. Toutes ses allées et venues, c'était sur un gros vélo de facteur, quand elle nous apercevait et qu'elle montait un petit raidillon nous étions toujours priés de la pousser mais convenablement disait-elle. Alors c'était toujours de mode, qu'un gros oiseau apportait les petits enfants, mais nous n'étions guère formé avant l'âge ni regardant non plus, car quand elle nous accostait pour nous apprendre qu'il y aurait peut-être un baptême le dimanche suivant, nous ne pensions pas à lui demander des précisions. Elle venait souvent près de notre grand-mère et elle parvenait à la faire rire aux éclats pourtant grand-maman n'avait pas le rire facile, à part quand Céline lui racontait l'aventure de mon baptême, qui avait parait-il mit un peu de tapage là-bas. Alors il fallait baptiser l'enfant sans tarder mais comme la maman ne pouvait pas rentrer à l'église avant d'avoir fait les relevailles c'était souvent l'accoucheuse qui portait l'enfant, elle avait été demandée aussi pour moi, pour s'annoncer, cela avait lambiner, notre maman avait choisi sa sœur pour être ma marraine, celle-ci voulait que ce soit sa fille, mais le curé ne voulait pas, trop jeune, elle avait quinze ans, pour finir le curé avait céder mais comme cela avait trop traîner il avait averti qu'il n'y aurait pas de carillonnement après le baptême. C'était compter, sans les idées de notre grand-père qui, parait-il, aurait bien porté le béret vert des commandos sans les diminuer. Pendant le baptême, en se cachant, il s'était laissé enfermer dans l'église, en grimpant au jubé. Quand ils ont été tous partis, il a tiré sur les cordes des deux cloches et les a fait sonner à plusieurs reprises. Quand il a entendu ouvrir la grosse porte, vite, vite, il est descendu, il a croisé le curé aux pied de l'escalier qui lui a dit "vous serez damné Auguste".

    Si cela se passerait maintenant on dirait, Auguste a eu raison, mais alors, il est devenu pour un certain temps un malfaisant. Soyez tous calmés, savez-vous, je ne m'en ressens presque plus, malgré que parfois quand je me tiens accroupi trop longtemps et que je me redresse cela tire de tous côtés mais cela ne confirme pas que c'est parce que la sonnerie des cloches, après mon baptême, a été fraudée.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • LI CWÂRBAU ÈT LI R'NAUD.

    Maîsse cwârbau, su on-aube astampé,

    Tèneut dins s' bètch on camambêrt.

    Maîsse èrnaud, avou s' grand nez,

    L'aveut sintu èt r'waîte è l'air :

    "Bondjou bondjou, rwè dès mouchons,

    Qu'i lî dit come ça dins s' djârgon,

    T'a-t-on d'dja dit qu't'èsteus pus bia,

    Qu' l'italyène Lolo Brigida.

    T'as dès djambes come Mistinguèt',

    Et dès massales come Margarèt'.

    Dji vous wadji, qu' vêci dins l' bos,

    Ti tchantes bin mia qu' Mariano".

    Li cwârbau r'mèt drwèt s' cravate,

    I prind s' fromadje avou sès pates,

    Et dit au r'naud qu'èsteut coudu :

    "Dj'a stî è scole, sès' vî, dispûs !".

    L. S.

    (Poésie wallonne parue dans le journal "Vers l'Avenir" du jeudi 11 janvier 1996.)

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    LE CORBEAU ET LE RENARD.

    Maître corbeau, sur un arbre perché,

    Tenait dans son bec un camembert.

    Maître renard, avec son grand nez,

    L'avait senti et regardait en l'air :

    "Bonjour bonjour, roi des oiseaux,

    Lui dit-il ainsi dans son parler,

    T'a t-on déjà dit que tu étais plus beau,

    Que l'italienne Lollobrigida.

    Tu as des jambes comme Mistinguette,

    Et des joues comme Margaret.

    Je veux parier, qu'ici dans le bois,

    Tu chantes bien mieux que Mariano".

    Le corbeau redresse sa cravate,

    Prend son fromage avec ses pattes,

    Et dit au renard prêt à le recueillir :

    "Je suis allé à l'école, sais-tu, depuis !"

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique