• Biou do vî Timps (3e partie).

    BIOU, DO VI TIMPS.

    (3e partie)

    On-z-a comptè jusqu'à dis toûrniquets, dès grands, dès p'ptits, à tchin-nes ou à vélo, chis balançwères, sèpt fritures, trwès martchands d' nougat ou d' carabouya, deus d' balons, cinq martchands d' boles èt iût tir-aus-pupes. Sins rovyi lès "grosses Berthe" (dès gros lolos, qu'on d' djeûve) èt lès tapeûses di cautes.

    Au toûrniquèt à tchin-nes, quand on pwèds loûrd, ome ou feume, purdeuve onk dès chames, tote l'èmantchûre clinceut si fwârt di s' costè, qu'i faleut s' dispètchi d' s'asîre do contraire costè po qu' ça n' fuche pus di sclimbwagne.

    Mèsse n'esteut nin co faîte qu'on-z-ètindeûve dèdjà lès violes si mète en route. A l' sortiye, lès maisses djonnes-omes èstin.n' prèssès po vinde leûs rubans èt leûs cocâdes. Après, l' fanfâre amwinrneut tot l' monde dissus l' place. Lès bragards avin.n' di l'ovradje avou tos lès djeûs qu'is d'vin.n' èmantchi, coûsses aus satch èt aus-ous, aus canadas, coûsses di bèrwètes, coûsses di gamins, coûsses di tch'faus, po lès feumes seûlemint, dès concoûrs di lin.ne, di botèyes èt d' sirope.

    On s' plèyeûve do rire en lès r'waitant fè toûrnè leû linwe po fè one bole autoû avon dij ou vingt mètes di lin;ne. Ou bin do lès veûy, lès ouys bindlès, tapè su lès botèyes pindûwes à leû pwartéye po-z-advinè l' cène di vin. Mins l' bouquèt, c'èsteûve quand èles sayin.n' do r'satchi avou leû bouche, li pice d'onk ou d' deûs francs stitchiye au fond d'on plat d' sirope

    Vos p' loz bin m' crwère qui totes lès djins qui d' mèrin.n' autou do l' place savin.n' pâr cœûr lès airs dès tourniquèts au d'bout do l' premère djoûrnéye. Lès baraquîs ricon'chin.n' todi lès èfants abonès èt i lès lèyin.n' montè èt d' tchinte à plîn.ne coûsse (i m' chone mi sov'nu, vi soçon Emile, qui nosse pa nos payeût l'abonemint po on franc ou on franc vingt-cinq po lès trwès djoûs d' dicauce). On s' coûtcheûve à tère po sayi d' aporçure pa li d'zos, lès pates do tch'fau ou do l'bourrique qui satcheut l' tourniquèt po l' fè toûrnè. Quand on l' distèleut, à deus ou trwès-eûres au matin, pa l' trawéye d'on bokèt d' plantchi qu'on rôsteûve, ç'èsteuve à braire. Lès pôvès bièsses sôles, avou l' chime à l' bouche, ni t' nin.n' pus su leûs pates.

    A ç'-eûre-là, on danseut co tos costès. Quand on dismantcheut tot l' bazar, i gn'aveut todi one saquî qui v' neut ramassè l' rond di strons di tch'faus po mète dissus s' djârdin. 

    Què daladje qui c'èsteut po l' grande dicauce ! Ça, i gn'aveut quand min.me li p'tite à l' Pintecosse, eco chij ou sèpt pitites dins tos lès cwins, èt todi dès dimègnes à paurt.

    Lès djous d' fièsse qui gn-aveut rin d' tot ça, vos truviy todi dès omes qui djoûwint à l' pwèle, dès crapôtes, au paradis èt dès gamins, au boc. Ça valeut mia qu' leûs batayes à l' fronde ètur lès cias d' L'Agauche, do Pairwè, d' è l' Wôte -Bije, d'è Frile ou do Mont. Adon, ç'asteut todi l' Cente qui fieûve clinci l' balance por onk ou l'ôte amia.

    On-z-aleut au lacia èmon l' gârde ou èmon l' djârdinî do tchestia. Li boutchî di ç' timps-là, quand i apurdeut s' mèstî à Nameûr, aveut d' djà sti couyonè pa s' patron on côp ou deûs. Po s' rivindgi, là qu'i èvoye onk di sès camarâdes qu'esteuve apurdice èmon on-ôte maisse, dimandè au cia què lî aveut fait dès fârces, s'il aveut dès pîds d' pourcia. "Bin sûr qui dj'ènn' a", rèspond-i l' boutchî. "Bin, vos d' voz bin awè malaujiy po rotè !", li criye-t-i l' gamin en spitant èvoye.

    C'èst l' min.me boutchî, quand il asteut pus vî, qu'a ieû onne bèle rèsponse d'on pôve vî ome qu'asteut soûrd come on pot. On djoû d' Novèl An, pinsant rire à bon compte, i lî criye d' au long, "Lès strons sont-st-èdjalès !...". Pinsant qu'i lî sowaite one bone anéye, li sourd lî rèspond: "Èt voz parèlièmint !". Sins sondji à mau, c'èst l' soûrd en quèstion qu'aveut ieû on-èfant mwart en v' nant au monde. I l' mèt dins one caisse po l' pwartè o l' cimintiére. Mi papa l' rèsconture. Sins sawè qu' l'èfant asteut mwârt, i dit au soûrd qu'i d'veut v'nu dèclarè l'èfant. Li soûrd lî mosture li caisse. "Il èst d' dins !" di-st-i.

    Dès djins do tchestia, nos è d' viserans pus taurd, sinon, nos pèstèlerans vèci trop longtimps.

    Après l' Rond Fossè, li scole dès sœûrs, li sâle comunâle, lès scoles dès gamins èt l'apoticaire. 

    D' l'ôte costè do l voye, quate cabarèts en siyant po pu s' foute one bone chique aux grandès-ocâsions. Li preumî , locâl aus pidjons, li dûzyin.me, li martchand d'ostèyes, li trwèsyin.me, li tchondronî èt l' dèrin ou qu'on-z- a fait cinéma quand lès Landène ont quitè. Dins tos  lès quate, aus dicauces, on-zèmantcheûve dès xilophones avou dès rindjiyes di botèyes èt d' lèwe didins d'après l' note qu'on v' leûve awè.

    Au pègnon do tchondronî, one vigne. Quand lès grapes di reûjins èstin.n' meûres, lès tcherètis, en passant, pârvinin.n' pa côps, a 'nn'atrapè one au d'bout di leû scoriye.

    LI VI BIOUTI

     (Emile EVRARD).  

    (A sire) 

    * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

    (Traduction en français par Jen et Hélène).

    BIOUL, DU VIEUX TEMPS.

    (3e partie).

    On a compté jusqu' à dix carrousels, des grands, des petits, à chaînes ou à vélos, six balançoires, sept fritures, trois marchands de nougat ou de "carabouya" (bonbons à la réglisse), deux de ballons, cinq marchands de bonbons et huit tirs aux pipes, sans oublier les "grosses Berthe" (des gros seins qu'on disait) et les tapeuses de cartes.

    Au carrousel à chaînes, quand un poids lourd,  homme ou femme, prenait un des sièges, tout l'ensemble penchait si fort de son côté, qu'il fallait se dépêcher de s'asseoir du contraire côté pour que ce ne soit plus de travers.

    Messe n'était pas encore terminée, qu'on entendait déjà les violes se mettre en route. A la sortie les chefs de jeunesse étaient pressés pour vendre leurs rubans et leurs cocardes. Après, la fanfare amenait tout le monde sur la place. Les

    chefs de jeunesse avaient de l'ouvrage avec tous les jeux qu'ils devaient organiser, courses au sac et aux œufs, aux pomme de terre, courses de brouettes, courses de gamins, courses de chevaux, Pour les femmes seulement, des concours de laine, de bouteilles et de sirop.

    On se pliait de rire en les regardant faire tourner leur langue pour faire une boule autour avec dix ou vingt mètres de laine. Ou bien de les voir, les yeux bandés, taper sur les bouteilles pendues à leur portée pour deviner celle de vin. Mais le bouquet, c'était quand elles essayaient de retirer avec leur bouche, la pièce d'un ou de deux francs enfoncée au fond d'un plat de sirop.

    Vous pouvez bien me croire que toutes les personnes qui restaient autour de la place savaient par cœur les airs des carrousels au bout de la première journée. Les forains reconnaissaient toujours les enfants abonnés et les laissaient monter et descendre à pleine course (il me semble me souvenir, vieil ami Emile que notre papa nous payait notre abonnement  pour un franc ou un franc-vingt-cinq pour les trois jours de kermesse. On se couchait à terre pour essayer d'apercevoir par en-dessous, les pattes du cheval ou de la bourrique qui tirait le carrousel pour le faire tourner. Quand on le détachait, à deux ou trois heures du matin, par la trouée d'un morceau de plancher qu'on ôtait, c'était à pleurer. Les pauvres bêtes saoules, avec l'écume à la bouche, ne tenaient plus sur leurs pattes.

    A cette heure là, on dansait encore tout côté. Quand on démontait l'ensemble, il y avait toujours quelqu'un qui venait ramasser le rond  de crottins de cheval pour mettre sur son jardin.

    Quelle affaire c'était pour la grande kermesse ! Ça, il y avait quand même la petite à la Pentecôte, encore six ou sept petites dans tous les coins, et toujours les dimanches à part.

    Les jours de fête où il n'y avait rien de tout cela, vous trouviez toujours des hommes qui jouaient à "l'poil"( jeu de lancer de piécettes comme à la pétanque), des filles au "paradis" et des gamins au "bouc" (il pourrait s'agir de jeu "je te prends, tu me prends par la barbichette...). Ça valait mieux que leurs batailles à la fronde entre ceux de Lagauche, du Pairoir, de la Haute-Bise, de Frile ou du Mont. Alors, c'était toujours le Centre qui faisait pencher la balançe pour l'un ou l'autre hameau.

    On allait au lait chez le garde ou chez le jardinier du château. Le boucher de ce temps là, quand il apprenait son métier à Namur, avait déjà été attrapé par son patron une fois ou deux. Pour se venger, voilà qu'il envoyait un de ses camarades qui était apprenti chez un autre maître, demander à celui qui lui avait fait des farces, s'il avait des pieds de cochon. "Bien sûr que j'en ai", répond le boucher. "Bien, vous devez avoir difficile pour marcher !", lui crie le gamin en se sauvant.

    C'est le même boucher, quand il était plus vieux, qui a eu une belle réponse d'un pauvre vieil homme qui était sourd comme un pot. Un jour de nouvel-an, pensant rire à bon compte, il lui crie de loin, "Les étrons sont gelés !...". Pensant qu'il lui souhaite une bonne année, le sourd lui répond: "Et vous pareillement !". Sans penser à mal, c'est le sourd en question qui avait eu un enfant mort-né. Il le met dans une caisse pour le porter au cimetière. Mon papa le rencontre. Sans savoir que l'enfant était mort, il dit au sourd qu'il devait venir déclarer l'enfant. Le sourd lui montre la caisse. "Il est dedans ! ", dit-il.

    Des gens du château, nous en parlerons plus tard, sinon, nous piétineront ici trop longtemps. 

    Après le Rond Fossé, l'école des sœurs, la salle communale, les écoles des gamins et le pharmacien.

    De l'autre côté de la route, quatre cafés en suivant pour pourvoir prendre une bonne cuite aux grandes occasions. Le premier, local des pigeons, le deuxième, le marchand d'outils, le troisième, le chaudronnier et le dernier où on a fait cinéma quand les Landenne ont quitté. Dans tous les quatre, aux kermesses, on fabriquait des xylophones avec des rangées de bouteilles et de l'eau dedans selon la note que l'on voulait obtenir.

    Au pignon du chaudronnier, une vigne. Quand les grappes de raisins étaient mûres, les charretiers, en passant, parvenaient parfois à en attraper une au bout de leur fouet.

    LI VI BIOUTI

    Emile EVRARD 

    (A suivre) 

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    « Bioul - Deux nouvelles Maisons au Foyer "L'Espérance".Bioul - Classe de Mme Josée REMY 1972-1973. »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :