• Depuis le 16 décembre, Maredret s'illumine tous les soirs, par centaines de guirlandes. Promenade lumineuse, comme dans un beau conte d'enfants, qui a culminé le jour de Noël, par le tir d'un feu d'artifice.

    * * * * * * * * *

    Ce cocon de pierre encaissé dans la bucolique vallée de la Molignée célèbre chaque année un Noël de tradition. En Entre-Sambre et Meuse, il appartient à ces havres ruraux, magnifiques par leurs pierres et leurs parfums rustiques, qui s'ingénient à colorer ces soirées si froides, et souvent si déprimantes, de la fin décembre.

    Le village tout entier se prête au jeu et se pare de feux, aux portes, aux fenêtres, ressemblant en peu de temps à un décor de conte de fée.

    Ces féeries, par tradition, culminent le jour de Noël, à la nuit tombée, par le tir d'un grand feu d'artifices. Ambiance d'une fête enchanteresse qui attire des centaines de visiteurs du soir, des parents et leurs enfants chaudement habillés, pour une promenade glaciale dans la nuit noire, à la rencontre de crèches éclatantes, un rien naïves avec leurs personnages qui ont traversé 2000 ans d'histoire, et qui étonnent encore pourtant, selon les maisons, selon qu'ils soient faits de papier, de carton ou de bois. Le regard d'un enfant suffit à témoigner du merveilleux de ce plein air.

    Destination heureuse.

    Lundi 25 décembre, au soir. Tout Maredret est piétonnier. Les visiteurs sont obligés de garer leur véhicule sur le grand parking de l'abbaye de Maredsous et de prendre un bus "spécial". Le hic, c'est qu'il n'y a qu'un bus mais, par contre, beaucoup de candidats à s'y engouffrer et à s'y entasser, sous les guirlandes et les quelques boules qui le décorent.

    Ce voyage éclair de quelques minutes, avec tous ces voyageurs écrasés les uns contre les autres, et apparemment guère incommodés par cette proximité touchante (plutôt réchauffante), éveille enthousiasme et bonne humeur. Après tout, la destination est heureuse : qui prend le bus, à une heure si tardive, pour assister à un feu d'artifice ?

    Avant d'arriver au village, la route serpente un peu, entre deux allées de grands arbres qui rendent la nuit encore plus noire, plus impénétrables.

    L'arrivée au village n'en est que plus magique. La première guirlande surplombant la route est vite franchie et la foule débarquée sur le seuil des artisans de Maredret qui, en décembre, voient défiler du monde, jusque tard dans la soirée, devant leurs réalisations.

    Courageux pèlerins.

    Commence alors l'étape à pied, par la grand' rue encombrée de monde, puis sur les hauteurs du village où la foule, à l'épreuve des rues un peu trop raides, s'effiloche. Le passage se réduit à quelques-uns, qui passent à intervalles réguliers, dans l'intimité de ces trottoirs si près les uns des autres, et garnis de sapins chargés d'ampoules et de cadeaux.

    Les illuminations sont souvent extérieures, mais parfois intérieures et donc intimes, discrètement placées derrière des fenêtres, telles des bougies qui renseignent que le maître des lieux est présent, même si la façade noire fait plutôt penser qu'il est peut-être déjà au lit et bien blotti au chaud. A ce niveau, ils peuvent paraître bien courageux, ces promeneurs.

    Soudain, à ces féeries s'ajoute un show de rayons laser qui décrivent d'incompréhensibles figures sur les murs de chez Léon, le restaurateur de l'endroit. Simultanément, les fusées, tirées des hauteurs, donnent la réplique. Ce dialogue durera près d'une demi-heure, en pétard, en musique (l'éternel et puissant Vangelis) et en pluies d'étincelles. Le spectacle est sensationnel et conquiert.

    En prière.

    Applaudissements. Les gens, aux pieds engourdis, reprennent leur pèlerinage de Noël, ou s'arrêtent devant ces abris de fortune pour se réchauffer avec du vin chaud.

    L'ambiance est chaleureuse, d'une fraternité fébrile qui diffuse tout le parfum de la fête chrétienne et qui se déguste, en famille, entre amis, comme un présent pour le cœur.

    Jusqu'au 6 janvier, Maredret invite à cette balade du soir, mais sans plus de feu d'artifice ni show laser (qui constituaient l'apothéose de ce Noël 95 à Maredret) et bien sûr accessible aux voitures. Une petite heure à contempler la nuit, dans la clarté des girandoles et ce silence épais de décembre, comme si la campagne environnante était en prière.

    Pierre WIAME.

    (Reportage de Pierre WIAME paru dans le journal "Vers l'Avenir" du vendredi 29 décembre 1995).

    Maredret - Une promenade lumineuse.

    Photo extraite du journal "Vers l'Avenir" du vendredi 29 décembre 1995.

    Les guirlandes autres décorations de Noël se marient avec harmonie au cachet rustique des logis de pierre.

    Maredret - Une promenade lumineuse.

    Photo extraite du journal "Vers l'Avenir" du vendredi 29 décembre 1995.

    Chaque année, en décembre Maredret convie sur ses seuils la magie de Noël, en centaines de guirlandes et de sapins illuminés.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

     


    votre commentaire
  • Il y avait beaucoup de monde, en 2016, venu à Annevoie visiter le marché de Noël élaboré par l'ASBL "Annevoisins". Cette activité favorise la convivialité entre habitants d'Annevoie, Chacoux, Rouillon, Hun et Mossiat.

    Les enfants des écoles d'Annevoie, accompagnés de leurs enseignants, ont recréé une crèche vivante, alors qu'en début de soirée, le quartier était animé par le "Hub's Trumpet", un ensemble composé de deux garçons de 14 et 15 ans, trompettiste et tubiste, ainsi que de trois filles, âgées de 14 à 18 ans.

    Annevoie - Une crèche vivante en 2016.

    Photo extraite du journal "Vers l'Avenir" du 22 décembre 2016.

    La crèche vivante d'Annevoie en 2016.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°,


    votre commentaire
  • C'est devenu une tradition, depuis plus de 35 ans, la maison des Jeunes procède, quelques jours avant Noël, à la distribution au bénéfice des ainés âgés de plus de 65 ans d'Anhée-Centre, de quelque 385 cougnous.

    Des volontaires, adultes et enfants, prêtent leur concours à cette opération financée par la vente de "Crochons" lors de la brocante du mois d'août.

    Anhée - Des cougnous pour les ainés en 2016.

    Photo extraite du journal "Vers l'Avenir" du 23 décembre 2016.

    Des cougnous pour les aînés.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • Maredret, petit village au pied de l'abbaye de Maredsous, étale ses 135 maisons sur les rives de la Molignée. Chaque année, depuis plus de dix ans, ses habitants développent le thème de Noël en garnissant leur demeure, afin de donner vie au village. Noël 1995 n'a pas failli à la tradition.

    En se servant du bénéfice rapporté par la kermesse, le comité de la jeunesse a pu offrir un cougnou au chef de famille de chaque maison, puis, se fut le sapin gratuit en récompense de la décoration par une crèche. Ainsi est né le concours de la plus jolie nativité.

    Toute cette dépense d'idées et d'énergie fournie en une semaine draine une foule considérable de curieux qui, au cours de l'année, ne manquent pas de faire une halte gastronomique au village.

    On peut croire que le programme de Noël développé à Maredret vise immanquablement enfants et adultes.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • Marché de Noël féerique sur un site prestigieux.

    Plus de 50 chalets proposent des produits régionaux artisanaux tels que bières, fromages et pains de l'abbaye, ainsi que des en-cas savoureux, fromages frais, jambons et fruits de mer, sans oublier des cadeaux inédits de Noël.

    Maredsous - Cinquième marché de Noël en 2016.

    Photo extraite du journal "Vers l'Avenir" du vendredi 23 décembre 2016.

    Nocturne au marché de Noël.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique