• Vraiment, le soleil n'a pas été avare de ses rayons brûlants ce dimanche 30 juillet 1995, journée de la 6e Fête de l'Écluse de Rivière soigneusement mise en œuvre par M. Eric MASSAUX.

    Des milliers de spectateurs s'étaient donné rendez-vous tout au long du chemin de halage, d'abord pour parcourir la brocante à la recherche de l'un ou l'autre objet convoité proposé par quelque trois cents exposants et ensuite, pour applaudir les soldats-parachutistes, fidèles animateurs de la fête.

    Les enfants avaient droit, eux aussi, à leur part de plaisir en s’essayant à la plongée sous-marine avec bouteille, dans un aquarium géant.

    Le clou de l'animation sportive était l'habituelle et classique voltige aérienne en vélo avec la Meuse comme aire de réception. Ce numéro est toujours chaleureusement applaudi.

    Rivière - La 6e Fête de l'Écluse 1995 sous un soleil tropical.

    Photo extraite du journal "Vers l'Avenir" du lundi 31 juillet 1995.

    Les vélos ont retrouvé leurs ailes.

    Rivière - La 6e Fête de l'Écluse 1995 sous un soleil tropical.

    Photo extraite du journal "Vers l'Avenir" du lundi 31 juillet 1995.

    Classique des classiques, le saut à vélo dans la Meuse.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • PO FÉ L' COMPTE BON.

    Li dirècteûr do prîjon va trover on prîjnî :

    - Dj'a l' plaîji d' vos-anonci qu' vos-èstoz délibèré. Mins dj' vos d'mande di nos-èscuser, nos v's-avans waurdé iût djoû d' trop !

    - Ça n' faît rin, ô ! Li côp qui vint, vos m' laîroz rèche iût djoûs d'vant l' fin di m' timps !

    R. V.

    (Humour wallon paru dans le journal "Vers l'Avenir" des samedi 19 et dimanche 20 août 1995.)

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    POUR FAIRE LE BON COMPTE.

    Le directeur de la prison va trouver un prisonnier :

    - J'ai le plaisir de vous annoncer que vous êtes libéré. Mais je vous demande de nous excuser, nous vous avons gardé huit jours en trop !

    - Cela ne fait rien. La fois prochaine, vous me laisserez sortir huit jours avant la fin de mon temps !

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • Le village de Haut-le-Wastia passe le dernier week-end de juillet dans la réjouissance de sa kermesse.

    Le programme de la fête 1995 comprenait :

    Vendredi 28 juillet.

    • 21 heures, soirée cocktails en plein air avec "New Charts" et l'offre du premier fût de bière par le comité organisateur.

    Samedi 29 juillet.

    • 13 h, sur l'aire de repos, tournoi de volley-ball
    • 14 h, ouvertures des loges foraines
    • 21 h, "The Best Vocation Tour 95" et soirée cocktail en plein air avec "New Charts"

    Dimanche 30 juillet.

    • 11 h, apéritif offert par la jeunesse
    • 12 h.30, barbecue géant
    • 14 h.30, challenge multisports
    • 21 h, soirée de la jeunesse (entrée libre)

    Lundi 31 juillet.

    • 10 h, tournoi de balle pelote
    • 16 h, lutte de balle pelote entre Salet et Durnal (division nationale III).

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • Chaque année, a lieu à Bioul la course cycliste réservé aux "débutants" appelée "Grand Prix du Souvenir" et créé par la "Pédale Biouloise" en l'honneur de ses regrettés dirigeants, M. Alfred GOBLET et Mme Claire GÉRARD-DOSIMONT.

    L'épreuve, comptant pour le challenge "Vers l'Avenir et dotée de 13.500 fr de prix, s'est disputée en 15 circuits locaux de 3 km 600, soit 57 km 600 sous l'arbitrage de MM. EVRARD, ROMAIN et JACQUES.

    Les opérations préliminaires se sont déroulées au centre sportif de "Chérimont" alors que le départ était lancé à partir de la route Rouillon-Fraire.

    La course.

    Sous l'impulsion de Miguel LESIRE, la première boucle est parcourue à vive allure, ce qui démontre les ambitions de ce coureur.

    Toutefois, la lourdeur de la température fait que les tours suivants sont bouclés à une allure plus modérée. Plusieurs concurrents distancés puis doublés mettent pied à terre.

    Au 9e tour, Pierre DELVAUX lance la course en faussant compagnie au peloton mais est aussitôt repris.

    Son frère, Jean-Philippe, en compagnie de Miguel LESIRE déclenchent l'attaque décisive jusqu'au sprint final que DELVAUX remporte, offrant ainsi sa quatrième victoire à son club "Vélo-Namur" et confortant, du coup, sa première place au "Challenge Vers l'Avenir", devant LESIRE.

    Les arrivées.

    1. Jean-Philippe DELVAUX, les 57 km 600 en 1h 33'
    2. Miguel LESIRE
    3. Daniel BAY
    4. Fabian TORNAMBE
    5. Pierre DELVAUX
    6. Thibaut DELOBBE
    7. Xavier SEYNHAVE
    8. François TRICARICO
    9. Dieter STOCKX
    10. Fabrice RUWET
    11. Raphael BASPIN
    12. Pierre CHARLES etc...

    Bioul - Le grand Prix du Souvenir 1995 pour "débutants".

    Photo extraite du journal "Vers l'Avenir" du lundi 31 juillet 1995.

    Une de plus por Jean-Philippe DELVAUX.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • LI BIYÈT D' CINQUANTE EÛROS.

    Gn-a l' Marîye si faît sote d'on biyèt d' cinquante qu'èle aveut lèyî su l' drèsse ou su li tch'minéye, èle ni sét pus. Mins çu qu'èle sét bin, c'èst qu'èle l'aveut lèyî po l' bin veûy au momint qu'èle duvreut payî on paquèt qu'on lî d'veut apwârter.

    Après awè cachî pa tos costés, là qu'èle dimande à s' mèskène :

    - Mèlîye, èst ç' qui c'èst vos qu'a pris l' biyèt d' cinquante eûros qu' gn-aveut là su l' drèsse ?

    - Oyi, nosse dame. Quand vos m'avoz ègadjî, vos m'avoz bin r'comandé di n' jamais rin lèyî trin.ner.

    (Humour wallon paru dans le journal "Vers l'Avenir" du samedi 25 février 2017.)

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    LE BILLET DE CINQUANTE EUROS.

    Marie cherche partout après un billet de cinquante euros qu'elle avait laissé sur la commode ou sur la cheminée, elle ne sait plus. Mais ce qu'elle sait, c'est qu'elle l'avait laissé bien en vue pour le moment où elle devrait payer un colis qu'on devait lui apporter.

    Après avoir cherché tous côtés, elle demande à sa servante ;

    - Amélie, est-ce vous qui avez pris le billet de cinquante euros qui était sur la commode ?

    - Oui, notre dame. Quand vous m'avez engagée, vous m'avez bien recommandé de ne jamais rien laisser trainer.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires