• LI FIÈSSE DI SINT LAMBÊRT AU TRIYEÛ DÈS GOTES À EMIN.NES...

    Divant do tchanter mèsse avou lès "Tchanteûs do ray", volà ç' qui l' curé a raconté...

    Dji m'a lèyî dîre qu'on bia djoû, aus fièsses di Walonîye (Vos savoz bin, li londi après l' mèsse à Sint-Djan, avou l' prêtchemint di m' vî soçon, l' curé Malherbe), lès tchanteûs avin.n' swè !

    Tot l' monde coneut li spot :

    "Pwisqui l' tchanteû a bin tchanté,

    Nos-alans bwâre à s' santé !"

    I n' sè l'ont nin lèyi dîre deûs côps. C'èst qu' dins ç' soce-là, on n' ratche nin dins s' vêre. Et c'èst co bin sûr qu'on n'èva nin su one djambe !

    Mins v'là qu'après awè tûtelé saqwants p'titès gotes, li présidint dès fièsses leû rid'mande do tchanter saqwans p'tits bokèts.

    Piyâne-piyâne, i s'astampenut èt griper su l'èstrâde. Sins rin dîre au maîsse, èt po l' couyoner, i c'mincenut à tchanter : "Foû dès ray, foû dès ray, v'là l' tram'..."

    Cor one miète, là nosse Djan Denison qu'atrape li danse Sint Gwi ! Èt volà tote li binde dès djins do TEC (s'apinse qu'on dit audjoûrdu) qui s'mètent à taper dins leûs mwins.

    Mins l' présidint a raddimint r'mètu lès cayèts è place èt promète one toûrnéye à tos lès tchanteûs. Ardimint, i s'ont r'mètu à tchanter - "Timps d'èraler, timps d'èraler..."

    René DARDENNE.

    (Prose wallonne parue dans le journal "Vers l'Avenir" du jeudi 22 février 1996.)

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    LA FÊTE DE SAINT-LAMBERT AU TRIEU DES GOUTTES À EMINES.

    Avant de chanter messe avec les "Chanteurs du rail", voici ce que le curé a raconté...

    Je me suis laissé dire qu'un beau jour, aux fêtes de Wallonie (vous savez, le lundi après la messe à Saint-Jean, avec le sermon de mon vieil ami, le curé Malherbe), les chanteurs avaient soif !

    Tout le monde connait le dicton :

    "Puisque le chanteur a bien chanté,

    Nous allons boire à sa santé !"

    Ils ne se le sont pas fait dire deux fois. C'est que dans cette réunion là, on ne crache pas dans son verre. Et surement on ne part pas sur une jambe !

    Mais voilà après avoir lampé quelques petites gouttes, le président des fêtes leur redemande de chanter quelques petits morceaux.

    Tout doucement, ils se redressent et grimpent sur l'estrade. Sans rien dire au maître, et pour plaisanter, ils commencent à chanter : "Hors des rails, hors des rails, voilà le tram..."

    Encore un peu et notre Jean Denison attrape la danse Saint Guy ! Et voilà toute la bande des gens du TEC (dit-on aujourd'hui) qui se met à applaudir.

    Mais le président a vite remis les choses en place et promis une tournée à tous les chanteurs. Rapidement, ils se sont remis à chanter - "Temps de retourner, temps de retourner..."

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • Une délégation du conseil Communal de l'entité d'Anhée, menée par le bourgmestre, M. Luc PIETTE, s'est rendue au domicile des époux Gabriel TAGNON et Augusta LAVIS, à l'occasion de leurs noces d'or, afin de les congratuler et leur remettre le traditionnel cadeau de circonstance.

    Le 2 septembre 1946, Gabriel TAGNON, né à Hamois le 18 juin 1916, épousait à Conneux, Mlle Augusta LAVIS, née en ce village, le 28 septembre 1918.

    Gabriel a exploité la ferme du Chesslet, durant 35 ans, si ce n'est que la guerre a interrompu son activité paysanne, car il a été fait prisonnier par les Allemands.

    Le couple a mis au monde une fille et un fils. Ce dernier est bien connu dans le milieu sportif comme arbitre de football.

    Ils sont les heureux grands-parents d'une petite-fille et de quatre petits-fils.

    Denée - Noces d'or des époux Gabriel TAGNON et Augusta LAVIS.

    Photo extraite du journal "Vers l'Avenir" du lundi 18 mars 1996.

    La famille des jubilaires et la délégation du Conseil Communal.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • CÉLINE, LI SADJE-DAME.

    (Vikadje do vî timps...)

    Rapinser ou s'sov'nu do vî timps nos radjon.nis one miète mi chone-t-i. Amon nos-ôtes i gn-aveûve dédjà adon, dès grûlauds, dès rabadjôyes, maîs au mitan d'zèls sins causu pont fé d'brût, one djin qu'i n'richoneûve à nuk èt qu' lès sorpirdeûve tortos. Ele si loumeûve Céline, c'èsteûve li sadje-dame. d'avaur-là. Ele aveûve yeû dè l' pwin.ne di piède on èfant qui n'aveûve qu'on an èt po s'soladji, èle dijeûve qui sès èfants c'èsteûve totes lès djins d'avaur-là, qu'èle vèyeûve voltî. Aus cias qu'avin.nes dès anôyes èt qu'alin.nes si d'laminter seuye-t-i au mayeûr, au champète ou min.me au curé on l'zeû conciyeûve d'ènn'è causer à Céline po s'fé copler. On l'ukeûve, po z-èssèv'li lès mwârts, po fé lès wastias po r'çûre li parintéye après l'ètèremint, aler aprinde à keûse ou rassèrci quand l'dame di scole n'èsteûve nin à place, ou côper lès ongues di pîds à on stroupî qu'i n'saveûve pus s'ployî è deus èt co brâmint dès ôtes afaîres qu'on n'apirdeûve nin èt qu'èle ni p'leûve mau dè stramer. Totes sès convôyes, c'èsteûve su on gros vélo d'facteûr, quand èle nos aviseûve èt qu'èle monteûve one pitite gritchète nos èstin.nes todi priyîs dè l' tchouki mais à mode di djins d'dj'eûve t-èle. Adon c'èsteûve co dins lès airs, qu'on gros mouchon apwarteûve les p'tits èfants, maîs nos n'èstin.nes wère dispièrtès ni adouyants non pus sés', ca quand èle nos ataucheûve po nos aviser qui quéquefîye bin qu'i gn-aureûve on batème li dîmègne sûvant, nuk ni sondjeûve nin à lî d'mander ni qwè ni quèsse. Ele vineûve sovint adlé nosse grand-mére èt èle parvineûve a l' fé chach'ler portant grand-moman n'aveûve nin l'riya auji, à paut quand Céline lî raconteûve li paskéye di m' batème, qu'aveûve parait-i mètu one miète l'arèdje avaur-là. Adon i faleûve batijî l'èfant sins taurdjî mais pwisqui l'moman ni pleûve nin r'moussî è l'èglije divant d'awè fait lès ramèssadjes c'èsteûve sovint l'sadje-dame qui pwârteûve l'èfant, elle aveûve sitî d'mandéye por mi ossi, po s'anonci, ça aveûve londjinè, nosse man aveûve tchwèsi s'soû po yèsse mi marène, cit'cile v'leûve qui ç' soyuche si fèye, mais l'curé ni v'leûve nin, trop djon.ne, èle aveûve quinze ans, à l'longue li curé aveûve du bratchî maîs come ça aveûve trop lamburné il aveûve advèrti qu'i gn'aureûve pont d'triboladje. Cèsteûve compter, sins lès zines di nost'ôte grand père qui parèt-i, adon, aureûve bin pwarté l' vèt'bèrèt dès comandos sins lès rabachî. Su l'timps do batème, è catchète, i s'aveûve lètî rèclore dins l'èglîje, tot gripant su l'docsau. Quand is ont stî rèvôye tortos, il a satchi su lès cwades dès deûs clotches èt lès a fait chil'ter à tot arèdje po fé triboler. Quand il a ètindu dis'sèrer l'gros uch, rouf rouf, il a d'chindu, il a crwèj'lè l'curé aus pîds dès montéyes què lî a ram'té "vos sèroz dané Augusse".

    Ci sèreûve asteûre on direûve, bin l'Gusse a bin yeû raîson, maîs adon, il a div'nu por one bone apéye on mau-fiant. Soyoz rapaujîs tortos savoz, dji n'm'è r'sins causu pus, maugré qu'afîye quand dji m'tins ascropu trop longtimps et qu'i dji m'rastampe ça tinkîye pa tos lès costès maîs avou ça non pu don, gn-a rin qu'acertine qui c'èst pace qui l'triboladje après m'batème a stî baltrîjî.

    pa Lèyon Gengoux.

    (Prose wallonne parue dans la revue "Li Chwès" d'avril 2014.)

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    CÉLINE, L'ACCOUCHEUSE.

    (La vie du temps passé...)

    Repenser ou se souvenir du vieux temps nous rajeunis un peu, me semble-t-il. Chez nous, il y avait déjà alors, des grondeurs, des rabat-joie, mais au milieu d'eux sans faire de bruit, une personne qui ressemblait à aucun d'eux, et les surprenait tous. Elle s'appelait Céline, c'était l'accoucheuse. Elle avait eu la peine de perdre un enfant qui n'avait qu'un an et pour se soulager, elle disait que ses enfants c'était toutes les gens de par-là, qu'elle aimait bien. A ceux qui avaient des ennuis et qui allaient se lamenter soit au maire, au champêtre ou même au curé on leurs conseillaient d'en parler à Céline pour se faire aider. On l'appelait, pour ensevelir les morts, pour faire les gâteaux pour recevoir la famille après l'enterrement, aller apprendre à coudre ou repriser quand la dame de l'école était absente, ou couper les ongles des pieds à un estropié qui ne savait plus se plier en deux et encore d'autres affaires que l'on n'apprenaient pas et qu'elle s'abstenait d'ébruiter. Toutes ses allées et venues, c'était sur un gros vélo de facteur, quand elle nous apercevait et qu'elle montait un petit raidillon nous étions toujours priés de la pousser mais convenablement disait-elle. Alors c'était toujours de mode, qu'un gros oiseau apportait les petits enfants, mais nous n'étions guère formé avant l'âge ni regardant non plus, car quand elle nous accostait pour nous apprendre qu'il y aurait peut-être un baptême le dimanche suivant, nous ne pensions pas à lui demander des précisions. Elle venait souvent près de notre grand-mère et elle parvenait à la faire rire aux éclats pourtant grand-maman n'avait pas le rire facile, à part quand Céline lui racontait l'aventure de mon baptême, qui avait parait-il mit un peu de tapage là-bas. Alors il fallait baptiser l'enfant sans tarder mais comme la maman ne pouvait pas rentrer à l'église avant d'avoir fait les relevailles c'était souvent l'accoucheuse qui portait l'enfant, elle avait été demandée aussi pour moi, pour s'annoncer, cela avait lambiner, notre maman avait choisi sa sœur pour être ma marraine, celle-ci voulait que ce soit sa fille, mais le curé ne voulait pas, trop jeune, elle avait quinze ans, pour finir le curé avait céder mais comme cela avait trop traîner il avait averti qu'il n'y aurait pas de carillonnement après le baptême. C'était compter, sans les idées de notre grand-père qui, parait-il, aurait bien porté le béret vert des commandos sans les diminuer. Pendant le baptême, en se cachant, il s'était laissé enfermer dans l'église, en grimpant au jubé. Quand ils ont été tous partis, il a tiré sur les cordes des deux cloches et les a fait sonner à plusieurs reprises. Quand il a entendu ouvrir la grosse porte, vite, vite, il est descendu, il a croisé le curé aux pied de l'escalier qui lui a dit "vous serez damné Auguste".

    Si cela se passerait maintenant on dirait, Auguste a eu raison, mais alors, il est devenu pour un certain temps un malfaisant. Soyez tous calmés, savez-vous, je ne m'en ressens presque plus, malgré que parfois quand je me tiens accroupi trop longtemps et que je me redresse cela tire de tous côtés mais cela ne confirme pas que c'est parce que la sonnerie des cloches, après mon baptême, a été fraudée.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • Pour son deuxième gala wallon de 1996, la troupe royale "L'Avenir" d'Anhée présentait à son public, en la salle "Dieu et Patrie", le samedi 17 février, une comédie gaie en trois actes de Roger DUHAUBOIS.

    L'action se passe en été dans un petit village dont la propriétaire d'une villa vient de mourir. Tout le personnel domestique se pose la question de savoir ce que réserve l'ouverture du testament et surtout, que va il devenir sans leur patronne.

    Bien des conflits surgissent à ce sujet, mais l'histoire se termine heureusement dans la gaieté par des scènes d'une drôlerie certaine.

    La distribution.

    Sur les planches, les comédiens ont beaucoup apprécié la chaleur d'un public conquis par leur talent. Les interprètes étaient : André et Monique BAILLOT ; Henri SCAILTEUR ; Gonzague MOUREAUX et deux nouvelles recrues, Joël HUAUX et Nathalie DENIS.

    La régie et la mise en scène étaient assurées par André BAILLOT, les décors, par Jacques COBUT, Guy GERIN et Jean HERMANT, la technique, par Jean-Pol DESMET et Luc BAILLOT et, enfin, le grimage, par Josiane CUVELIER.

    Encore une superbe performance à mettre à l'actif de la troupe "L'Avenir" d'Anhée ! ! !

    Anhée - Deuxième gala wallon de 1996 avec "L'Eritrance".

    Photo extraite du journal "Vers l'Avenir" du mercredi 21 février 1996.

    Les talentueux interprètes de "L'Éritrance".

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire
  • ON-Z-ARIVE À ONE SICOLE !

    - Ê, Djo, as' vèyu lès panaus ? Tot doûs, on-z-arive à one sicole !

    - Bin waîte, por on côp, gn-a rin d' candjî pa rapôrt au vî timps. I n'pinsin' tot l' minme nin qu' lès-èfants alin'couru, don ! Nos-ôtes èto, on lèveut l' pîd quand on wèyeut li scole d'au lon !

    (Humour wallon paru dans le journal "Vers l'Avenir" du samedi 13 mai 2017.)

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Traduction en français par Jean et Hélène.

    ON ARRIVE À UNE ÉCOLE !

    - Eh, Joseph, as-tu vu les panneaux ? Tout doux, on arrive à une école !

    - Regardes, pour une fois, il n'y a rien de changé par rapport au vieux temps. Ils ne pensent tout de même pas que les enfants allaient courir ! Nous aussi on levait le pied lorsque l'on voyait l'école au loin !

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires